Parution du roman taïwanais La Guerre des bulles (Kao Yi-feng)

Nous vous informons de la parution chez Mirobole (coll. « Horizons pourpres ») le 19 octobre 2017 du roman La Guerre des bulles, de l’auteur taïwanais Kao Yi-feng, traduit par Gwennaël Gaffric

Présentation de l’éditeur :

À Taïwan, dans une communauté de montagne coupée du monde, les réserves d’eau se tarissent. Face à des adultes incapables d’affronter ce problème de survie, les enfants comprennent que c’est à eux de le régler. Ils s’emparent d’armes, prennent la maîtrise du territoire et emprisonnent leurs parents. Lorsque ceux-ci protestent, le mouvement de résistance lancé par les enfants franchit un pas supplémentaire. Désormais maîtres du territoire, ils tentent d’établir un nouveau modèle de société, basé sur l’abolition des règles anciennes…
Roman d’initiation collectif, portrait d’enfants bouleversant, interrogation sur les rapports de pouvoir et la volonté de puissance, La Guerre des bulles est aussi une violente satire sociale et une dystopie poétique.

Le dossier de presse en pièce jointe :

Argu_kao_yi_feng (1)

« Transition au pays de la civilité? » Colloque à l’Université Nationale Centrale de Taïwan

« TRANSITION AU PAYS DE LA CIVILITE? »
COLLOQUE INTERNATIONAL

Date : Le vendredi 3 et le samedi 4 novembre 2017
Lieu : Salle de Conférence internationale, Faculté des Lettres,
Université Nationale Centrale

Retrouvez le programme complet ici : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeGwhG8CQCstGta_SumiJae6XKcboZbqAApa0N6vN-FvjVihg/viewform

Lauréats 2017 du 22e prix culturel franco-taïwanais

Les quatre lauréats cette années sont Véronique Arnaud (anthropologue et grande spécialiste de la culture des Tao), Stéphane Corcuff (chercheur en sciences politiques et grand artisan des études taïwanaises en France), Christian Rizzo, chorégraphe et Jean-Robert Thomann, metteur en scène ayant tourné de nombreux films et documentaires à Taïwan.

Félicitations à eux !

Plus d’informations ci-dessous :

http://www.moc.gov.tw/information_250_71001.html

Présence japonaise dans le cinéma taïwanais à la Maison de la Culture du Japon

A partir de vendredi 23 septembre commence la première partie du cycle « Présence japonaise dans le cinéma taiwanais » à la Maison de la Culture du Japon. Un occasion de voir des films rares de l’époque japonaise à nos jours en passant par les production en hoklo des années 1960; Et en ouverture la première fiction réalisée par une réalisatrice aborigène : Finding Sayun !

Toutes les infos : http://www.mcjp.fr/fr/agenda/presence-du-japon-dans-le-cinema-taiwanais

 

Vladimir Stolojan-Filipesco, « Le statu-quo de la mémoire nationale à Taiwan. Les dynamiques antagonistes de mises en récits publiques de l’expérience autoritaire « 

Résumé de la thèse :

Cette thèse a comme origine l’apparente contradiction des politiques de la mémoire dédiées au régime de parti unique mis en place par le Parti nationaliste chinois (KMT) en 1945. Colonie japonaise depuis 1895, Taiwan passe alors sous le contrôle de la République de Chine au lendemain de la Seconde guerre mondiale. L’île sert de refuge aux nationalistes chinois en 1949, lorsqu’est actée la victoire des troupes maoïstes suite à la reprise de la guerre civile chinoise après 1945. En exil, le KMT, refusant de reconnaître sa défaite, gouverne Taiwan à travers un régime pensé pour représenter symboliquement toute la Chine. Les politiques identitaires et mémorielles d’alors valorisent uniquement les expériences historiques d’une communauté minoritaire au sein de la population taiwanaise, celle des insulaires venus de Chine à Taiwan avec le KMT entre 1945 et 1950. Cette fiction politique prend fin avec la démocratisation. Débutant en 1987, celle-ci voit l’affirmation d’un nouveau paradigme identitaire articulé autour des spécificités de Taiwan et son multiculturalisme, la Chine n’étant plus le référent central. Les victimes de la répression policière de l’ère autoritaire sont peu à peu reconnues. S’il perd rapidement sa prééminence, l’ancien récit officiel ne disparaît pas pour autant, une fraction de la population insulaire continuant de se reconnaître en une partie des représentations qui y sont inscrites. De même, le KMT, qui reste un des acteurs dominants la scène politique taiwanaise après la démocratisation, se refuse à tout véritable retour critique sur sa propre histoire pour éviter de mettre en danger sa propre légitimité.

Plutôt que marquer une rupture nette avec l’ère autoritaire, les politiques de la mémoire post-1987 aboutissent à l’institutionnalisation de dispositifs reconnaissant les victimes de la dictature et d’autres à la gloire des anciens dirigeants, que ce soit Chiang Kai-shek ou son fils Chiang Ching-kuo. En adoptant une démarche relevant de la sociologie de la mémoire, notre recherche a pour but d’analyser les dynamiques soutenant la mise en place de nouveaux récits publics sur la période autoritaire après la démocratisation. L’objet de notre travail est d’expliquer les principales luttes mémorielles actuelles engageant la place qu’occuperait dans l’histoire taiwanaise le régime autoritaire du KMT, ce tout en interrogeant la notion de mémoire nationale.

La soutenance aura lieu le 21 septembre à 14h en salle 870, 8e étage du batiment Olympe de Gouges, Université Paris Diderot. Le bâtiment se trouve à proximité du site principal de l’université, sur la place Paul Ricoeur, Paris 13. Ce plan devrait vous aider à le localiser : http://www.inverses.org/locations/batiment-olympe-de-gouges-universite-paris-diderot/ . L’accès aux étages requiert un badge, qui est donné en échange d’une pièce d’identité.

Le jury sera composé de :

Gilles Guiheux, Professeur des Universités, Université Paris Diderot (directeur de thèse),

Isabelle Thireau, Directrice de Recherche, CNRS,

Johann Michel, Professeurs des Universités, Université de Poitiers,

Francoise Mengin, Directrice de Recherche, Sciences Po Paris,

Frank Muyard, Maître de Conférences, Université Nationale Centrale (Taiwan)

Li-chuan Tai, Chargée de Recherche, Academia Sinica (Taiwan)

Appel à contributions pour Taiwan Insight

CALL FOR CONTRIBUTORS TO TAIWAN INSIGHT

The Taiwan Studies Programme at the University of Nottingham is launching a new online publication, Taiwan Insight, and is seeking contributing authors. As a first-of-its-kind public-facing site sharing news and analysis from scholars and experts in an easy-to-digest format, Taiwan Insight has the potential to contribute significantly to international understanding of Taiwan, and we hope you’ll join us advancing this mission.

Contributions to the blog should be approximately 1,000 words in length and may address any topic related to Taiwan’s culture, politics, or relations regionally and on the global stage. They may take the form of an essay, analysis of a current or historical event, explanation of Taiwanese traditional or pop culture, or an FAQ/Q&A piece. Contributions from both academic experts and students with an interest in Taiwan will be considered.

If you would like to write for Taiwan Insight, please contact Assistant Editor Matt Hughes at mphughes44@gmail.com or Taiwan Studies Programme Director Chun-Yi Lee at Yi.Lee@nottingham.ac.uk, and propose a topic.

Assises de l’anthropologie de la Chine et du monde chinois en France

Mercredi 6 et Jeudi 7 septembre (INALCO, Paris)

Ce premier colloque  réunit  des spécialistes du monde chinois (Taiwan et diasporas inclus) dont les recherches, basées sur des enquêtes de terrain menées dans la longue durée, s’inscrivent pleinement dans une démarche anthropologique. En effet, l’objectif de cette rencontre est avant tout disciplinaire, et vise à mettre en avant l’apport de l’anthropologie francophone sur le monde chinois. Notre but est à terme de faire reconnaitre « l’anthropologie de la Chine » comme un domaine de recherche avec ses caractéristiques propres, réunissant la maîtrise et les spécificités des études chinoises (haut niveau de langue et de connaissances sinologiques) et de l’anthropologie (enquêtes de terrain de longue durée, analyses descriptives et théoriques).

Une intervention portera sur Taïwan :

Fiorella Allio (CNRS, IRASIA): « Retour d’expérience et arrêt sur image : Evaluation d’une enquête menée dans la longue durée à Saikang (Tainan, Taiwan) »

Informations et programme : http://calenda.org/413938

 

Anthologies de nouvelles taïwanaises

Parution de deux recueils de nouvelles taïwanaises, édités par Angel Pino et Isabelle Rabut, chez You Feng.

Les deux volumes, Le petit bourg aux papayers et Le cheval à trois jambes – titres respectifs de nouvelles de Long Yingzong [龍瑛宗] et Zheng Qingwen [ou Cheng Ching-wen, 鄭清文] –, présentent un panorama de la littérature taiwanaise moderne depuis la colonisation japonaise jusqu’à l’après-guerre, notamment les années 1950 et 1960 où cette littérature connut un essor effréné marqué par l’avènement du courant moderniste.

http://you-feng.com/lechevalatroisjambes.php

 

Nouvelle collection de poésie taïwanaise (éditions Circé)

 

Chen Li, Cartes postales pour Messiaen (« Coll. Poésie taïwanaise », Circé, trad. Marie Laureillard)

Hsia Yu, Salsa (« Coll. Poésie taïwanaise », Circé, trad. Gwennaël Gaffric)

Luo Fu, À cause du vent (« Coll. Poésie taïwanaise », Circé, trad. Alain Leroux)

Cette collection est dirigée par Marie Laureillard

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : http://editions-circe.eu/index.php/2016/07/12/2017-poesie-taiwanaise/

15th Annual Conference of the European Association of Taiwan Studies (EATS), Zürich

Source : http://www.eats-taiwan.eu/conference/eats-2018_call-for-paper

The 15th EATS Conference will take place in Zurich, Switzerland, 4–6 April 2018. The main theme of the conference is Sustainable Taiwan. The local organiser is University of Zurich.

Download the Call for Paper PDF

In environmental sciences ‘sustainability’ means ‘the quality of not being harmful to the environment or depleting natural resources, and thereby supporting long-term ecological balance’. However, ‘sustainability’ is more than a recent buzzword and embraces a much broader philosophy and practice. If we consider ‘sustainability’ as an ecosystem, a lifestyle, a community or a world that is capable of supporting itself and its surroundings indefinitely, we believe ‘sustainability’ is an equally important concept for scholars and students of all disciplines – social sciences, arts and humanities, or Taiwan Studies generally.

The 15th Annual Conference of the European Association of Taiwan Studies (EATS) adopts a broadly defined theme of ‘sustainability’ and invites researchers of all backgrounds to address the following questions: How have the people on Taiwan survived political, social and cultural challenges? How may Taiwan contribute to a more sustainable world in the future? What are the issues facing the islanders today to maintain their lifestyles and what solutions to them could be proposed? Are Tsai Ing-wen’s approaches to transitional justice, gender equality, cross-strait relations, economic growth, environment, and cultural development sustainable?

For submission, please send an abstract of 500 words (including 3–5 keywords in Word Document), together with a separate page indicating your first name, surname, affiliation, status (i.e. Faculty, MA, PhD, Researcher), gender and email contact to info@eats-taiwan.eu (subject: abstract of SURNAME, Given Name) and cc. adina.zemanek@eats-taiwan.eu by 31 August 2017. After a double blind review process, we will announce the successful submissions by 30 November 2017.

To encourage junior researchers, EATS will organize special panels for students currently enrolled in MA programmes to practice their presentation skills and to receive critical feedback on their work. The MA panels are not confined by the theme of the conference, although it should be relevant to the broadly defined field of Taiwan Studies. To submit to MA panels, please send an abstract of 300-500 words on a topic of your choice, together with a separate page indicating your first name, surname, affiliation, gender and email contact to info@eats-taiwan.eu (subject: MA abstract of SURNAME, Given Name) and cc. adina.zemanek@eats-taiwan.eu by 31 October 2017. After a double blind review process, we will also announce the successful submissions by 30 November 2017.

Accepted postgraduate presenters (PhD and MA students) who are affiliated with European institutions, or the 2018 Young Scholar Award finalists, will receive a travel grant of 150 euros.

Le Magicien sur la passerelle (Wu Ming-yi)

Wu Ming-yi, Le Magicien sur la passerelle (Asiathèque, « Taiwan Fiction », trad. G.Gaffric)

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.asiatheque.com/fr/book/le-magicien-sur-la-passerelle

Présentation de l’éditeur : Sur la passerelle reliant le bâtiment « Ai » (Amour) et le bâtiment « Hsin » (Confiance) du grand marché de Chunghua, à Taipei, un magicien exerce son art. Autour de lui, tout un monde s’active dans de petits métiers. Le narrateur, qui a une dizaine d’années à cette époque-là, tient un stand de semelles en face de l’illusionniste. Comme ses camarades, il est fasciné par ses tours, dont certains dépassent la mystification habile du prestidigitateur et semblent mener à de mystérieux mondes parallèles. Devenu adulte et toujours hanté par ce troublant personnage, il interroge ceux de sa génération qui ont pu avoir naguère des contacts avec lui. L’évocation du souvenir du magicien donne lieu à une mosaïque de récits, tantôt drôles, tantôt poignants, où le marché devient le royaume de l’aventure et du fantastique et où se révèlent les rêves et les angoisses existentielles des jeunes Taïwanais de la capitale.

Taipei : histoires au coin de la rue (dir G.Gaffric)

Taipei : histoires au coin de la rue (Asiathèque, « Taiwan Fiction », dir G.Gaffric)

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.asiatheque.com/fr/book/taipei-histoires-au-coin-de-la-rue

Présentation de l’éditeur :

Ce recueil qui réunit des nouvelles d’auteurs taïwanais contemporains, propose une plongée dans l’atmostphère de la ville de Taipei, telle qu’elle est ressentie par une série de personnages souvent transplantés dans la métropole à la suite d’événements politiques, de drames familiaux ou pour des raisons économiques. Parmi eux, des jeunes gens de diverses origines, confrontés à des moments douloureux de leur existence, qui s’interrogent sur leur identité et leur avenir. En intermèdes à ces récits au climat parfois âpre, sombre et violent, des échappées dans de petits restaurants de rues de la capitale ménagent au lecteur des haltes savoureuses. Elles sont l’œuvre de Shu Kuo-chih, bien connu à Taiwan pour ses chroniques gastronomiques.

L’Asiathèque a publié Membrane, de Chi Ta-wei, en 2015 et le Magicien sur la passerelle, de Wu Ming-yi, en 2017 dans la collection « Taiwan Fiction ».

Traduit du chinois (Taiwan) sous la direction de Gwennaël Gaffric, auteur de la préface : « Taipei, histoire et histoires ».

Jane Jian – Lin Yao-teh – Walis Nokan – Lo Yi-chin – Wu Ming-yi – Chi Ta-wei – Chang Wan-k’ang – Chou Tan-ying – Shu Kuo-chih

Nouvelles et chroniques traduites par Olivier Bialais, Marie-Paule Chamayou, Mélie Chen, Gwennaël Gaffric, Coraline Jortay, Marie Laureillard, Damien Ligot, Lise Pouchelon et Chingjin Wu-Soldani

Carnet de recherche de l'Association francophone d'études taïwanaises (AFET)