Médias et nouveaux immigrés à Taiwan: les limites du multiculturalisme (Séminaire doctoral Chine du CERI, 20 décembre 2017, 10h-12h)

Mercredi 20 décembre 2017 (10h-12h)

CERI, 56 rue Jacob, 75006 Paris, salle du Conseil

Dans le cadre du Séminaire doctoral Chine du CERI 

Médias et nouveaux immigrés à Taiwan: les limites du multiculturalisme

Avec:

TSENG Ting-Hsuan, doctorante à l’université Paris II sous la direction de Tristan Mattelart

Discutante : Françoise Mengin, Sciences Po – CERI

Lieu de débat et d’analyse du monde chinois contemporain, ce séminaire a pour vocation de diffuser la recherche des doctorants et de la soumettre à la critique constructive. Deux types de séminaires sont proposés : une présentation par un doctorant de son travail en cours (projet de recherche, état d’avancement, un ou plusieurs chapitres de sa thèse) ; des retours sur des parcours doctoraux qui peuvent aider les étudiants dans l’élaboration de leur problématique ou la poursuite de leur travail d’enquête. Il s’adresse aux doctorants et post-doctorants, de Sciences Po ou de toute autre institution, travaillant sur la Chine, mais aussi à des étudiants dont le sujet peut éclairer ou tirer parti de problématiques développées à partir du terrain chinois.

Ce séminaire se propose ainsi de décloisonner les études chinoises en articulant l’approche area studies avec des approches plus disciplinaires. La méthodologie générale qui est privilégiée est celle de la sociologie historique comparée du politique afin d’appréhender les trajectoires du monde chinois dans leur complexité sans pour autant préjuger d’une quelconque « altérité chinoise ».

Plus d’informations : https://www.sciencespo.fr/agenda/fr/event/S%C3%A9minaire+doctoral+Chine?event=160

Appel à communications Journées d’études jeunes chercheurs en études taïwanaises (8-9 mars 2018, Montpellier)

Appel à communications Journées Jeunes Chercheurs en Études Taïwanaises 2018

Organisées par l’Association Francophone d’Études Taïwanaises (AFET), en partenariat avec le Bureau de représentation de Taipei en France, le Centre de recherches sur la Chine (CRC) de l’IRIEC, le département dʼethnologie et la direction des relations internationales et de la francophonie de lʼUniversité Paul-Valéry Montpellier 3

Montpellier, 8 et 9 mars 2018

Organisées annuellement depuis six ans, l’objectif de la journée jeunes chercheurs en études taïwanaises de l’Association Francophone d’Études Taïwanaises est de convier des jeunes chercheurs – toutes nationalités confondues – étudiants de master, doctorants et jeunes docteurs, à proposer une intervention devant une assistance composée de leurs pairs et d’enseignants-chercheurs, chercheurs confirmés et docteurs, tous spécialistes de Taïwan et appartenant à des disciplines diverses.

Il est prévu d’entendre en priorité les étudiants qui soutiennent prochainement ainsi que les auteurs d’articles pour des revues à comité de lecture, de communications de conférences à venir ou encore de chapitres d’ouvrages collectifs en préparation. Toutefois, la communication peut également porter sur le travail de recherche en cours de l’intervenant ou un projet de recherche.

Le troisième prix Christian Ricourt du jeune chercheur francophone en études taïwanaises d’un montant de 500 euros sera remis à l’issue des journées. Vous trouverez toutes les informations concernant les conditions de candidature dans le document attaché à cet appel.

Pour proposer une intervention, il est d’ores et déjà possible de vous inscrire grâce au formulaire ci-joint. Une invitation personnalisée vous sera alors transmise et pourra permettre à ceux qui ne viendraient pas d’institutions montpelliéraines de débuter dès que possible des demandes de financement – transport, hébergement – par leur laboratoire de recherche ou leur école doctorale.

Merci de bien vouloir renvoyer le formulaire téléchargeable ci-dessous rempli avant le 10 décembre 2017 à l’adresse suivante : ggaffric@gmail.com.

Formulaire JE Taiwan 2018

Objectifs des journées :

Le principal objectif des Journées jeunes chercheurs en études taïwanaises est de mettre l’accent sur les recherches réalisées par les jeunes chercheurs venant d’universités et centres de recherche du monde francophone. Ces Journées se situent dans le cadre à la fois de leur formation sur les spécificités du terrain taïwanais et d’échanges avec des chercheurs et enseignants familiers de la réalité empirique de Taïwan et qui ont ici le statut d’encadrants.

Organisées pour la sixième fois par l’Association Francophone d’Études Taïwanaises (AFET), ces journées se tiendront les 8 et 9 mars 2018 au sein de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, en collaboration avec le département dʼethnologie, le Centre de recherches sur la Chine (CRC) de l’Institut de Recherches Intersite en Études Culturelles (IRIEC) et la Direction des relations internationales et francophones.

Prix Christian Ricourt Jeune chercheur francophone en études taïwanaises :

L’objectif de ce prix est de récompenser un jeune chercheur francophone prometteur travaillant, en sciences humaines et sociales, sur Taïwan et/ou les Taïwanais, ainsi que d’encourager d’autres étudiants, en master ou au doctorat, à faire des recherches sur le terrain taïwanais. Le prix pourra servir au récipiendaire à se rendre sur son terrain de recherche ou l’aider à publier. Le prix sera décerné par un jury d’universitaires, tous docteurs et appartenant à diverses institutions dans le monde, travaillant sur Taïwan et participant à l’encadrement de ces Journées d’études où les candidats présenteront le document de recherche soumis au concours.

Les candidats seront évalués sur la base d’un document de recherche rédigé de 5,000 à 10,000 mots à transmettre à ggaffric@gmail.com avant le 31 janvier 2018 et sur leur prestation orale lors des JE.

Les candidats n’étant pas francophones natifs sont bien sûr également invités à soumettre leur candidature et seront évalués comme tels.

Il est tout à fait possible de proposer une intervention lors des JE sans pour autant candidater pour le Prix jeune chercheur.

Comité organisateur des Journées Jeunes Chercheurs en études taïwanaises (par ordre alphabétique) :

CHANG Ti-Han, AFET, Université Lyon 2

Magali DEMANGET, Université Montpellier 3

Cédric FUENTES, AFET, EHESS

Gwennaël GAFFRIC, AFET, Université Libre de Bruxelles

Wafa GHERMANI, AFET, Université Paris 3

MA Félix Jun, Université Montpellier 3

Jérôme SOLDANI, AFET, Université Montpellier 3

Comité scientifique des journées et membres du jury du Prix Jeune chercheur en études taïwanaises (par ordre alphabétique)

Josiane CAUQUELIN, EHESS

CHANG Ti-Han, AFET, Université Lyon 2

CHEN Fang-hwei, Université Lyon 3

Stéphane CORCUFF, ENS Lyon

Solange CRUVEILLÉ, Université Montpellier 3

Magali DEMANGET, Université Montpellier 3

Cédric FUENTES, AFET, EHESS

Gwennaël GAFFRIC, AFET, Université Libre de Bruxelles

Wafa GHERMANI, AFET, Université Paris 3

Yoann GOUDIN, Université de Grenoble

LIU Chan-yueh, Université Montpellier 3

MA Félix Jun, Université Montpellier 3

Françoise MENGIN, Science po Paris, CERI

Damien MORIER-GENOUD, Université de Grenoble

Jérôme SOLDANI, AFET, Université Montpellier 3

Elizabeth ZEITOUN, Academia Sinica

 

Appel à traductions pour le n°8 de la revue Jentayu « Animal »

« Animal : un numéro consacré au monde animal, réel ou imaginaire, aux rencontres et interactions entre membres de diverses espèces  humaine y compris – et à leurs représentations naturalistes, poétiques ou fantastiques dans les littératures d’Asie.« 

La revue semestrielle Jentayu (ISSN 2426-2536) est dédiée à la traduction de textes courts (nouvelles, poèmes) ou d’extraits de roman ou d’essai. À chaque numéro, entre douze et quinze textes provenant d’une variété de pays et de régions d’Asie sont sélectionnés sur un thème donné et traduits par des traducteurs chevronnés. Pour certains de ces textes, ils sont aussi mis en contexte sur le site internet par le biais d’un entretien avec l’auteur, le traducteur, ou d’une présentation de son traducteur. Pour le plaisir des yeux, un illustrateur asiatique est invité à imaginer des créations visuelles en lien avec chacune des nouvelles. Enfin, à chaque nouveau numéro, la revue met aussi en avant les travaux d’un photographe asiatique au travers d’un carnet dédié.

Le traducteur est libre de son interprétation du thème, la revue recherchant uniquement des textes inédits en traduction française, d’une vraie valeur littéraire, stimulant l’imagination et la réflexion, voire suscitant le débat. Il peut s’agir de nouvelles, de poèmes, mais aussi d’extraits de romans ou d’essais.
Chaque proposition de traduction s’accompagnera autant que possible (mais pas obligatoirement) d’un texte complémentaire permettant de contextualiser le texte traduit (entretien avec l’auteur, le traducteur, note de lecture, etc.).
Les droits de diffusion de la traduction devront de préférence avoir été préalablement obtenus par le traducteur, les éditions Jentayu pouvant l’accompagner dans ses démarches le cas échéant.
Le traducteur fournira sa traduction sur un support informatique au format Microsoft Word [.doc, .docx] ou Open Document [.odf]. La taille optimale des textes en traduction française (hors poèmes) se situera entre 4000 et 8000 mots, avec un minimum requis de 1000 mots et un maximum de 10 000.
Pour plus d’informations sur la revue Jentayu, les candidats pourront se référer au site : http://www.editions-jentayu.fr ou contacter la revue à l’adresse suivante : info@editions-jentayu.fr

NATSA 2018: North American Taiwan Studies Association 2018 Annual Conference

Toutes les informations ici : https://easychair.org/cfp/natsa2018

May 24-26, 2018

Abstract submission Deadline: December 15, 2017

Scholarship has approached Taiwan through comparison under various contexts. The Cold War structure inspired the study of Taiwan either as exceptions to global norms or as proxies to China Studies. The social and cultural liberalization brought by democratization further prompted scholarship to search for Taiwan’s subjectivity, comparing and contrasting with other political entities that also had colonization experiences. Amid the pressure of globalization, disciplines still share the comparative common ground but diverge on their goals of studying Taiwan. Some scholars treat Taiwan Studies as case studies and seek to test the universality of models and theories developed elsewhere. Other scholars see Taiwan Studies as battlegrounds for epistemological anti-imperialism, attempting to challenge the centrality of Euro-American discourses by exporting locally-produced theories to “creolize” processes of knowledge production in Western academia. Despite the divergent goals, through the lens of comparison, Taiwan Studies claims a nexus of intellectual inquiries that both commands and benefits from scholarship produced elsewhere, especially beyond the purview of Western academia.

The 24th Annual Conference of the North American Taiwan Studies Association (NATSA) seeks to build upon, engage in, and further promote the idea of “Taiwan in Comparison.” With a comparative angle, the significance of studying Taiwan comes less from a pure gaze at Taiwan, but more from relaying Taiwan to multiple “elsewheres.” The comparative perspective provides an opportunity for scholars to reconceptualize Taiwan and redefine the relevance of Taiwan (to whom and to what) in our time, and it opens up a chance to re-regionalize or re-territorialize Taiwan in knowledge production. Through comparison, the 24th conference also aims to deepen our understanding of what aspects of Taiwan provides valuable insight in different disciplines and amid what theoretical debates Taiwan is an indispensable case. The ultimate goal of introducing comparative perspective queries why, how, and on what ground Taiwan studies is essential for our understanding of the world.

Our emphasis on “Taiwan in Comparison” defines “comparison” generously. Comparison can be across time and space, languages and ideas, events and incidents, species and groups, etc. The object of comparison can be either visible or unseen, material or conceptual. We also encourage lateral associations amid Taiwan and other Southeast Asian countries and/or Sinophone societies. These lateral comparisons help transcend the silos of each national genre or tradition. We aim at critical reflections on the conceptual presuppositions, historical premises, and theoretical (even epistemological) grounds to which Taiwan as a case can meaningfully contribute. We also aspire to situate Taiwan on the map of world knowledge with the potential to allow Taiwan studies to travel beyond a dialogic relation between the island and an Western scholarship.

[Cours sur Taïwan à l’EHESS] Taïwan et ses lieux de mémoire : la question du récit national

Taïwan et ses lieux de mémoire : la question du récit national

  • Samia Ferhat, maître de conférences à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La-Défense ( CCJ-CECMC )

2e lundi du mois de 17 h à 20 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 13 novembre 2017 au 11 juin 2018. Séance supplémentaire le 20 novembre 2017 (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris)

Il s’agira dans ce séminaire de retracer les différentes étapes d’un processus d’affirmation identitaire qui s’est traduit à Taïwan par ce que nous pourrions qualifier de « tropisme formosan ». Nous tenterons en effet d’identifier les supports historiques et culturels autour desquels s’est progressivement cristallisée une identité de plus en plus affirmée par rapport au référent chinois, et revendiquée comme pleinement marquée par la singularité insulaire. Tout en observant ces mutations identitaires à la lumière des débats qui ne cessent de les accompagner, nous en retracerons aussi les lignes de soubassement mémorielles par l’exploration des lieux de mémoire à l’œuvre à Taïwan. Nous nous attacherons tout aussi bien aux lieux de mémoire liés à la République de Chine, et donc ramenés à la trajectoire continentale et chinoise, qu’à ceux propres à l’expérience historique et culturelle taïwanaise. L’étude portera sur des objets concrets, matériels, géographiquement situés, mais également sur des incarnations plus abstraites et diffuses de la mémoire comme les symboles politiques, les termes et dénominations de l’espace public et privé, les personnages de l’histoire nationale et locale, les mises en récit, etc.

Le séminaire donnera lieu à l’utilisation de sources écrites de première et seconde main en langues française, chinoise et anglaise. Il sera aussi l’occasion de projections de séquences vidéo, de films de fiction et de documentaires en lien avec la thématique identitaire et mémorielle.

Ce séminaire s’adresse aux étudiants de master et de doctorat.

Plus d’informations sur ce lien : https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/1277/

[Communiqué AFET] Changements concernant l’Assemblée Générale

Chèr.e.s ami.e.s de l’AFET,

Pour des raisons financières et logistiques, nous avons pris la décision d’organiser la prochaine Assemblée Générale de l’Association Francophone d’Études Taïwanaises et les suivantes en même temps que les Journées jeunes chercheurs en études taïwanaises qui se déroulent annuellement dans des universités francophones différentes. Nous espérons ainsi limiter les frais d’organisation à la charge de l’association et des adhérents qui souhaiteraient assister aux deux événements (AG et JE). De même, cela simplifiera la gestion des cotisations, qui comptent pour une année mais dont les deux principales périodes d’adhésions étaient jusqu’à aujourd’hui au printemps (JE) et à l’automne (AG).

Ceci implique que l’AG de 2017 est reportée au début du mois de mars 2018, à l’occasion des Journées d’études qui se tiendront à Montpellier. Nous reviendrons vers vous ultérieurement pour préciser la date, le lieu et l’ordre du jour. La prochaine élection des membres du bureau, prévue pour l’AG de 2018, aura également lieu à ce moment. Les cotisations en cours seront prolongées jusqu’en mars 2018 et seront à renouveler à partir de la prochaine AG. Leur montant (de 10 euros par personne ou de 50 euros par institution) reste inchangé.

Nous vous remercions par avance de votre compréhension et continuons de compter sur votre soutien.

Bien amicalement,

Le Bureau de l’AFET

Parution du roman taïwanais La Guerre des bulles (Kao Yi-feng)

Nous vous informons de la parution chez Mirobole (coll. « Horizons pourpres ») le 19 octobre 2017 du roman La Guerre des bulles, de l’auteur taïwanais Kao Yi-feng, traduit par Gwennaël Gaffric

Présentation de l’éditeur :

À Taïwan, dans une communauté de montagne coupée du monde, les réserves d’eau se tarissent. Face à des adultes incapables d’affronter ce problème de survie, les enfants comprennent que c’est à eux de le régler. Ils s’emparent d’armes, prennent la maîtrise du territoire et emprisonnent leurs parents. Lorsque ceux-ci protestent, le mouvement de résistance lancé par les enfants franchit un pas supplémentaire. Désormais maîtres du territoire, ils tentent d’établir un nouveau modèle de société, basé sur l’abolition des règles anciennes…
Roman d’initiation collectif, portrait d’enfants bouleversant, interrogation sur les rapports de pouvoir et la volonté de puissance, La Guerre des bulles est aussi une violente satire sociale et une dystopie poétique.

Le dossier de presse en pièce jointe :

Argu_kao_yi_feng (1)

« Transition au pays de la civilité? » Colloque à l’Université Nationale Centrale de Taïwan

« TRANSITION AU PAYS DE LA CIVILITE? »
COLLOQUE INTERNATIONAL

Date : Le vendredi 3 et le samedi 4 novembre 2017
Lieu : Salle de Conférence internationale, Faculté des Lettres,
Université Nationale Centrale

Retrouvez le programme complet ici : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeGwhG8CQCstGta_SumiJae6XKcboZbqAApa0N6vN-FvjVihg/viewform

Lauréats 2017 du 22e prix culturel franco-taïwanais

Les quatre lauréats cette années sont Véronique Arnaud (anthropologue et grande spécialiste de la culture des Tao), Stéphane Corcuff (chercheur en sciences politiques et grand artisan des études taïwanaises en France), Christian Rizzo, chorégraphe et Jean-Robert Thomann, metteur en scène ayant tourné de nombreux films et documentaires à Taïwan.

Félicitations à eux !

Plus d’informations ci-dessous :

http://www.moc.gov.tw/information_250_71001.html

Présence japonaise dans le cinéma taïwanais à la Maison de la Culture du Japon

A partir de vendredi 23 septembre commence la première partie du cycle « Présence japonaise dans le cinéma taiwanais » à la Maison de la Culture du Japon. Un occasion de voir des films rares de l’époque japonaise à nos jours en passant par les production en hoklo des années 1960; Et en ouverture la première fiction réalisée par une réalisatrice aborigène : Finding Sayun !

Toutes les infos : http://www.mcjp.fr/fr/agenda/presence-du-japon-dans-le-cinema-taiwanais

 

Vladimir Stolojan-Filipesco, « Le statu-quo de la mémoire nationale à Taiwan. Les dynamiques antagonistes de mises en récits publiques de l’expérience autoritaire « 

Résumé de la thèse :

Cette thèse a comme origine l’apparente contradiction des politiques de la mémoire dédiées au régime de parti unique mis en place par le Parti nationaliste chinois (KMT) en 1945. Colonie japonaise depuis 1895, Taiwan passe alors sous le contrôle de la République de Chine au lendemain de la Seconde guerre mondiale. L’île sert de refuge aux nationalistes chinois en 1949, lorsqu’est actée la victoire des troupes maoïstes suite à la reprise de la guerre civile chinoise après 1945. En exil, le KMT, refusant de reconnaître sa défaite, gouverne Taiwan à travers un régime pensé pour représenter symboliquement toute la Chine. Les politiques identitaires et mémorielles d’alors valorisent uniquement les expériences historiques d’une communauté minoritaire au sein de la population taiwanaise, celle des insulaires venus de Chine à Taiwan avec le KMT entre 1945 et 1950. Cette fiction politique prend fin avec la démocratisation. Débutant en 1987, celle-ci voit l’affirmation d’un nouveau paradigme identitaire articulé autour des spécificités de Taiwan et son multiculturalisme, la Chine n’étant plus le référent central. Les victimes de la répression policière de l’ère autoritaire sont peu à peu reconnues. S’il perd rapidement sa prééminence, l’ancien récit officiel ne disparaît pas pour autant, une fraction de la population insulaire continuant de se reconnaître en une partie des représentations qui y sont inscrites. De même, le KMT, qui reste un des acteurs dominants la scène politique taiwanaise après la démocratisation, se refuse à tout véritable retour critique sur sa propre histoire pour éviter de mettre en danger sa propre légitimité.

Plutôt que marquer une rupture nette avec l’ère autoritaire, les politiques de la mémoire post-1987 aboutissent à l’institutionnalisation de dispositifs reconnaissant les victimes de la dictature et d’autres à la gloire des anciens dirigeants, que ce soit Chiang Kai-shek ou son fils Chiang Ching-kuo. En adoptant une démarche relevant de la sociologie de la mémoire, notre recherche a pour but d’analyser les dynamiques soutenant la mise en place de nouveaux récits publics sur la période autoritaire après la démocratisation. L’objet de notre travail est d’expliquer les principales luttes mémorielles actuelles engageant la place qu’occuperait dans l’histoire taiwanaise le régime autoritaire du KMT, ce tout en interrogeant la notion de mémoire nationale.

La soutenance aura lieu le 21 septembre à 14h en salle 870, 8e étage du batiment Olympe de Gouges, Université Paris Diderot. Le bâtiment se trouve à proximité du site principal de l’université, sur la place Paul Ricoeur, Paris 13. Ce plan devrait vous aider à le localiser : http://www.inverses.org/locations/batiment-olympe-de-gouges-universite-paris-diderot/ . L’accès aux étages requiert un badge, qui est donné en échange d’une pièce d’identité.

Le jury sera composé de :

Gilles Guiheux, Professeur des Universités, Université Paris Diderot (directeur de thèse),

Isabelle Thireau, Directrice de Recherche, CNRS,

Johann Michel, Professeurs des Universités, Université de Poitiers,

Francoise Mengin, Directrice de Recherche, Sciences Po Paris,

Frank Muyard, Maître de Conférences, Université Nationale Centrale (Taiwan)

Li-chuan Tai, Chargée de Recherche, Academia Sinica (Taiwan)

Appel à contributions pour Taiwan Insight

CALL FOR CONTRIBUTORS TO TAIWAN INSIGHT

The Taiwan Studies Programme at the University of Nottingham is launching a new online publication, Taiwan Insight, and is seeking contributing authors. As a first-of-its-kind public-facing site sharing news and analysis from scholars and experts in an easy-to-digest format, Taiwan Insight has the potential to contribute significantly to international understanding of Taiwan, and we hope you’ll join us advancing this mission.

Contributions to the blog should be approximately 1,000 words in length and may address any topic related to Taiwan’s culture, politics, or relations regionally and on the global stage. They may take the form of an essay, analysis of a current or historical event, explanation of Taiwanese traditional or pop culture, or an FAQ/Q&A piece. Contributions from both academic experts and students with an interest in Taiwan will be considered.

If you would like to write for Taiwan Insight, please contact Assistant Editor Matt Hughes at mphughes44@gmail.com or Taiwan Studies Programme Director Chun-Yi Lee at Yi.Lee@nottingham.ac.uk, and propose a topic.

Assises de l’anthropologie de la Chine et du monde chinois en France

Mercredi 6 et Jeudi 7 septembre (INALCO, Paris)

Ce premier colloque  réunit  des spécialistes du monde chinois (Taiwan et diasporas inclus) dont les recherches, basées sur des enquêtes de terrain menées dans la longue durée, s’inscrivent pleinement dans une démarche anthropologique. En effet, l’objectif de cette rencontre est avant tout disciplinaire, et vise à mettre en avant l’apport de l’anthropologie francophone sur le monde chinois. Notre but est à terme de faire reconnaitre « l’anthropologie de la Chine » comme un domaine de recherche avec ses caractéristiques propres, réunissant la maîtrise et les spécificités des études chinoises (haut niveau de langue et de connaissances sinologiques) et de l’anthropologie (enquêtes de terrain de longue durée, analyses descriptives et théoriques).

Une intervention portera sur Taïwan :

Fiorella Allio (CNRS, IRASIA): « Retour d’expérience et arrêt sur image : Evaluation d’une enquête menée dans la longue durée à Saikang (Tainan, Taiwan) »

Informations et programme : http://calenda.org/413938

 

Carnet de recherche de l'Association francophone d'études taïwanaises (AFET)