Appel à communication pour les Journées Jeunes Chercheurs 2022, 17 et 18 février 2022 à Paris (INALCO)

Chers amis, 

Nous avons le plaisir de vous annoncer que les Journées Jeunes Chercheurs en études taïwanaises se tiendront  cette année à Paris les 17 et 18 février prochains à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). Vos propositions de communication peuvent être soumises jusqu’au 30 novembre.

N’hésitez pas à faire circuler le texte complet de l’appel, disponible ci-dessous.

 JJC_Taiwan_2022.pdf

Merci de bien vouloir renvoyer le formulaire rempli (secretaire@etudes-taiwanaises.fr) comprenant le texte de votre proposition (environ 300 mots) .

 Formulaire JE Taiwan 2022.odt

Pour les jeunes chercheurs optant pour une communication orale & un texte rédigé, ce dernier devra compter entre 5,000 et 10,000 mots en français et être envoyé au plus tard le 24 janvier 2022 au secrétariat de l’AFET.

L’Association francophone d’études taïwanaises organise la onzième édition de ces Journées à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales, co-organisées avec l’équipe ERTIM (Équipe de Recherche Textes, Informatique, Multilinguismes), de l’UMR IFRAE (Institut Français de Recherche sur l’Asie Orientale) ainsi que le soutien du Bureau de Représentation de Taipei en France et en partenariat avec le projet Taiwan Studies.

Dans l’attente de vos propositions d’intervention, nous nous tenons à votre disposition pour toute question éventuelle.


Le Bureau de l’AFET
Association Francophone d’Études Taïwanaises (AFET) 法語台灣研究學會

Pluralité linguistique et diversité culturelle à Taïwan (Université Lyon 3 Jean Moulin, 21-22 octobre 2021)

Bonjour, nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de deux journées autour de “Pluralité linguistique et diversité culturelle à Taïwan” à l’Université Jean Moulin Lyon 3, les jeudi 21 et vendredi 22 octobre 2021, organisées dans le cadre du projet Spotlight, avec le soutien du Ministère de la Culture de Taiwan, le CEL et l’IETT.

Le programme est à retrouver en pièce jointe ci-dessous.

Évènement de la Chaire d’études taïwanaises de l’Université d’Ottawa

14 OCTOBRE |Webinaire 

17 h à 18 h | Inscription requise pour recevoir le lien vers le webinaire. 

OCTOBER 14 |Webinar 

5:00 to 6:00 p.m. | Registration required to receive the link to the webinar.  



Colloque international “Bande Dessinée en Asie Orientale” (14-15 octobre 2021, Paris et Lyon)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue du Colloque international “Bande Dessinée en Asie Orientale” qui aura lieu les 14 et 15 octobre 2021 à Paris (Musée du quai Branly) et à Lyon (ENS), et également disponible en ligne.

Plus d’informations sur le programme dans le document ci-dessous.

Programme des Journées jeunes chercheurs en études taïwanaises du 10 et 11 juin

Chers amis,

Nous avons le plaisir de vous faire part du programme des Journées jeunes chercheurs qui se tiendront les 10 et 11 juin à Grenoble, organisées par l’Association Francophone d’Études Taïwanaises avec le soutien de l’université Grenoble-Alpes :
 Programme_JCC-Taiwan_2021_FINAL.pdf

A cette occasion, nous accueillerons neuf jeunes chercheurs qui viendront faire état de leurs travaux, devant un parterre d’encadrants ravis de pouvoir enfin donner des retours constructifs dans le cadre d’une manifestation en présentiel. 

Si vous êtes dans la région, n’hésitez pas à nous rejoindre à la Maison des Sciences de l’Homme Alpes, dans la limite du respect des contingences sanitaires en vigueur.  Ces journées constitueront en effet notre ultime rendez-vous avant les Assises qui auront lieu, sous réserve de l’évolution de la protéine Spike, du lundi 6 au mercredi 8 décembre 2021 à Paris.



Au plaisir de vous retrouver très bientôt,


Le Bureau de l’AFET

European Association of Taiwan Studies Conference Programme (15-17 April 2021)

Retrouvez ci-dessous le programme de la 18e conférence annuelle de l’European Association of Taiwan Studies, qui aura lieu les 15, 16 et 17 avril 2021 :

https://www.eats-taiwan.eu/conference/eats-2021-conference/conference-programme

2021 International Journal of Taiwan Studies Research Article Competition

The International Journal of Taiwan Studies (IJTShttps://brill.com/view/journals/ijts/ijts-overview.xml) is pleased to announce the 2021 IJTS Research Article Competition with the financial support of the European Association of Taiwan Studies (EATS). There are three categories of articles for entry: (1) Arts and Humanities; (2) Social Sciences; and (3) Indigenous Studies.

  • If and when shortlisted, authors should provide a proof of valid current membership for either EATS, North American Taiwan Studies Association (NATSA) or Japan Association for Taiwan Studies (JATS). For co-authored papers, at least one of the authors must be a current member of one of the three associations.
  • Research articles should be written in English.
  • Each applicant may submit only one paper of 6000–8000 words (excluding references) to one category.
  • The deadline for submission of full papers is 15 July 2021.
  • Each winner will be awarded a certificate and US$50 per 1000 words (excluding references).

For more details, please click this link: https://www.academia.edu/46609016/2021_IJTS_Research_Article_Competition_CfP

Appel à communication pour les Journées Jeunes Chercheurs 2021, les 10 et 11 juin prochains à Grenoble

Chere.s ami.e.s de l’AFET, 

Nous avons le plaisir de vous annoncer que les Journées Jeunes Chercheurs en études taïwanaises se tiendront  cette année à Grenoble les 9 et 10 juin prochains.
Vos propositions de communication peuvent être soumises jusqu’au 15 avril.

N’hésitez pas à faire circuler le texte complet de l’appel, disponible ci-dessous en français.

 JJC_Taiwan_2021_appel.pdf

Merci de bien vouloir renvoyer le formulaire rempli (secretaire@etudes-taiwanaises.fr) comprenant le texte de votre proposition (environ 300 mots) .

 Formulaire JE Taiwan 2021.docx

Dans l’attente de vos propositions d’intervention, nous nous tenons à votre disposition pour toute question éventuelle.


Le Bureau de l’AFET
Association Francophone d’Études Taïwanaises (AFET) 法語台灣研究學會

Soutenance de thèse de Ying-Lung Su : “Taïwan vue par les étrangers : illustrations photographiques de Taïwan dans les publications étrangères, 1843-1945”

Nous avons le plaisir de vous transmettre les informations relatives à la soutenance de thèse de Ying-Lung Su, doctorant au Centre de recherches sur les arts et le langage – CRAL.

L’événement aura lieu en vidéo-conférence le vendredi 12 février 2021 à 14h.

Taïwan vue par les étrangers : illustrations photographiques de Taïwan dans les publications étrangères, 1843-1945

Parution de “Formosana : Histoires de démocratie à Taïwan”, (dir. Gwennaël Gaffric)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution dans la collection « Taiwan Fiction » de l’Asiathèque du recueil de nouvelles Formosana : Histoires de démocratie à Taïwan, sous la direction de Gwennaël Gaffric.

Vous retrouverez le communiqué de presse complet, en pièce jointe, ainsi que la préface du recueil « La littérature comme outil d’analyse politique », rédigée par Stéphane Corcuff.

Présentation de l’éditeur :
À l’heure d’une crise mondialisée où la voix singulière de Taiwan commence à se faire entendre, le recueil de nouvelles Formosana permet aux lecteurs francophones de comprendre les trajectoires historiques et sociales de cette île dont la situation détonne dans le concert des États-nations. La littérature apparaît ainsi comme un média privilégié pour découvrir ce que l’expérience taïwanaise peut offrir au monde. Quand la prise de parole est souvent réduite à son strict minimum (une phrase, un tweet, un post), la parole littéraire, en donnant à voir la complexité d’une société et d’une culture, est plus que jamais essentielle.Dans cette anthologie sont proposés neuf textes d’auteurs différents et représentatifs de la scène littéraire taïwanaise actuelle. Ils abordent chacun par le biais de récits originaux d’inspiration et de style variés une multitude de facettes de l’histoire de leur pays : son histoire politique (la colonisation japonaise, les événements du 28 février 1947, la terreur blanche, la levée de la loi martiale, le processus de démocratisation du pays…) et son histoire sociale (mouvements aborigènes, ouvriers, féministes, LGBT, étudiants, écologistes…). 

CP_Formosana

2021_La littérature comme outil d’analyse

 

Coopération franco-taïwanaise : réalités et opportunités (web conférence) 17 décembre 2020

À l’occasion de l’inauguration d’un Bureau à Aix-en-Provence du Bureau de Représentation de Taïwan en France, la Fondation pour la recherche stratégique organise une visio-conférence avec le Bureau de Représentation le jeudi 17 décembre, de 18h15 à 19h45 via Webex

Cet événement vise à présenter au grand public le Bureau de Taïwan à Aix-en-Provence en l’inscrivant plus largement dans la politique étrangère taïwanaise, et à croiser les perspectives et les attentes de la société civile française et taïwanaise en matière de coopération bilatérale : innovation, économie, sciences, éducation, expertise, culture, tourisme, etc.

Présentation du Bureau de Taïwan à Aix-en-Provence (18h15-18h40)

  • S.E.M Jaushieh Joseph Wu,ministre des Affaires étrangères taïwanais (vidéo d’introduction)
  • M. Eric Bothorel, vice-président du groupe d’études à vocation internationale sur les questions liées à l’expansion de l’économie taïwanaise de l’Assemblée Nationale
  • S.E.M François Chihchung Wu,ambassadeur, Bureau de Représentation de Taïwan en France 
  • M.Antoine Bondaz, directeur du Programme Taïwan sur la sécurité et la diplomatie à la Fondation pour la recherche stratégique 

Perspectives croisées sur la coopération bilatérale (18h40-19h40)

  • Mme Emily Yueh-Wen Shen,secrétaire aux questions économiques, Service économique et commercial du Bureau de Représentation de Taïwan en France 
  • Mme Romane Bilbault, chargée de développement produits partenariats, Bpifrance 
  • M. Lionel Siame, professeur et chercheur au Centre de recherche et d’enseignement de géosciences de l’environnement (CEREGE) d’Aix-en-Provence
  • M. Stéphane Corcuff, maître de conférences à Sciences Po Lyon et ancien directeur de l’antenne de Taipei du Centre d’études français sur la Chine contemporaine (CEFC) 
  • M. Pascal Ausseur, directeur général de l’Institut FMES – Fondation méditerranéenne d’études stratégiques de Toulon
  • Mme Jacqueline Douat et M. Kai-Chun Chang, directrice et ancien artiste en résidence à la Cour des Arts de Saint-Rémy-de-Provence 
  • M. Michel Fraisset, directeur de l’Office de tourisme d’Aix-en-Provence
  • Mme Judy Ting-Hsuan Tseng, correspondante de CNA en France 

Remarques conclusives (19h40-19h45)

  • M. Chih-Chi Shin,directeur général du Bureau de Taïwan à Aix-en-Provence 

Inscriptions et informations supplémentaires : https://www.frstrategie.org/evenements/17-12-2020-cooperation-franco-taiwanaise-realites-opportunites

Le Goût de la liberté, (Peng Ming-Min, éd. René Viénet) librement accessible en ligne sur Internet Archive

Nous avons le plaisir de vous informer que l’ouvrage de Peng Ming-Min, Le Goût de la liberté, traduit de l’anglais par Pierre Mallet et paru aux Éditions René Viénet en 2011,est maintenant  librement accessible en ligne sur Internet Archive

D’autres livres des Éditions Viénet tels que Formose trahie de George Kerr le Fils du Generalissimo de Jay Taylor seront mis en accès libre dans les mois qui viennent pour les préserver et en faciliter une seconde diffusion.

L’AFET a par ailleurs des exemplaires de ces ouvrages à disposition de ses membres, proposés lors de chacun de nos événements. 

Parutions de deux recueils de poésie taïwanaise (Circé)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution chez Circé de deux recueils de poèmes taïwanais.

Yang Ze, N’aie pas de doute, trad. par Tan-Ying Chou et Mélie Chen

Présentation de l’éditeur :
Ce recueil rassemble des poèmes de Yang Ze des années 1970 à nos jours. Comme un vinyle sous l’aiguille du gramophone, une vie se déroule au fil des pages. Dans ses mélodies de jeunesse, le poète fredonne des confidences à Marianne («Je ne veux plus me tenir dans le bon camp, je ne veux plus qu’être dans le camp de l’amour… ») Puis, en exil, il congédie ses années romantiques ; un rock fiévreux crie la fin des illusions du xxe siècle, avant de conclure : La vie ne vaut pas d’être vécue. Avant, peut-être, j’en ai eu le funeste pressentiment. Ayant atteint l’âge mûr, de retour à Taipei devenue métropole, le poète entame la deuxième mi-temps de son parcours. Se tournant tardivement vers ce qui a disparu avec l’arrivée de la modernité, il choisit le monde des ruelles et de la nature. Un air s’élève, simple et populaire, qui chante le souvenir, le regret du temps qui passe, ainsi que les grands thèmes de la séparation et de la mort – faisant écho à la poésie classique. À l’entrée du tunnel du temps, il se tourne et lance : « N’aie pas de doute / Le vent froid se lève / Les ombres sur l’herbe / Raccourcissent de jour en jour… »
Yang Ze est né en 1954 dans la ville de Chiayi. Il publie ses premiers poèmes dans les années 1970, alors qu’il est étudiant en littérature étrangère à Taipei. Après avoir vécu dix ans à New York, Yang Ze retourne s’installer à Taipei en 1990, où il s’applique désormais à gribouiller sur ses carnets, bavarder autour d’une tasse de thé et somnoler sur ses piles de livres.

Wu Sheng, Grand-mère n’est pas poète, trad. par Chia-Ying Kate Lin Suarez et Isabelle Rabut

Présentation de l’éditeur :

Depuis la publication de ses premiers poèmes en 1959, Wu Sheng a publié cinq recueils de poésie et sept recueils d’essais. Le présent choix, qui rassemble des poèmes composés entre 1963 et 2018, récapitule les différentes étapes de sa carrière. 
Wu Sheng s’est passionné pour la poésie dès l’école secondaire, et ses premiers poèmes sont très influencés par le modernisme. À partir des années 70 se constitue son style propre : une poésie simple, enracinée dans le terroir taïwanais et profondément humaniste, qui décrit le monde rural avec un mélange de tendresse et de mélancolie, sans ignorer la réalité qui l’entoure et le menace.
Wu Sheng, de son vrai nom Wu Shengxiong, est né en 1944 à Xizhou, dans le comté de Zhanghua (Taiwan), au sein d’une famille paysanne de sept enfants. Diplômé de l’école d’agronomie de Pingdong, il retourne à Xizhou pour y enseigner, tout en aidant sa mère aux travaux des champs et en s’adonnant à la création poétique. En 1980, il est invité pour quatre mois à l’Iowa Writers’ Workshop. Ayant pris sa retraite en 2000, il poursuit son combat engagé de longue date pour la protection de l’environnement en plantant sur deux hectares des arbres appartenant aux espèces endémiques de Taiwan.  

Report des Assises des Études Taïwanaises Francophones 2020

Au vu des difficultés d’organisation découlant de la situation sanitaire toujours incertaine, les Assises des Études Taïwanaises Francophones ne seront finalement pas maintenues en 2020.  Un report d’un an a été voté par le Bureau de l’AFET; initialement prévues du 9 au 11 décembre 2020, les Assises auront lieu à la mi-décembre 2021.

Lee Ju-ling, Imaginer l’indigène. La photographie coloniale à Taïwan [1895-1945]

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Lee Ju-ling : Imaginer l’indigène : la photographie coloniale à Taïwan [1895-1945]. Paris : Hémisphères éditions, 2020, 252 p. (Coll. « Asie en perspective »). ISBN 978-2-37701-031-8

Présentation de l’éditeur :

Qu’est-ce qu’un aborigène taiwanais sous le regard d’un colon japonais ? En participant à la représentation de l’indigène dans une colonie japonaise, comment la photographie a-t-elle permis aux colonisateurs Japonais d’affirmer leur propre identité et de découvrir d’autres formes d’altérité ? En quoi la photographie a-t-elle contribué à légitimer l’expansion de l’empire du Japon ?
Après l’annexion de Taiwan par le Japon en 1895, la vie, les mœurs et les coutumes des premiers habitants de l’île deviennent autant de thèmes populaires de la photographie coloniale. Leur image matérialise la découverte de la sauvagerie par les anthropologues japonais, au moment même où naît leur discipline dans l’archipel. On vend ainsi de l’exotisme aux touristes en tissant un fantasme : celui d’un terrain vierge dans les marges de la civilisation de l’empire japonais.
On va même jusqu’à dénuder les aborigènes pour insister sur leur supposée barbarie… avant de commencer à les rhabiller dans des publications de propagande, pour suggérer les progrès de l’œuvre civilisatrice coloniale, tandis que les cartes postales continuent à représenter leur corps dénudé.
C’est ainsi que le colonialisme japonais articule l’ethnie et l’identité à l’aide de la photographie, créant un imaginaire propre à son empire en expansion.