Report des Assises des Études Taïwanaises Francophones 2020

Au vu des difficultés d’organisation découlant de la situation sanitaire toujours incertaine, les Assises des Études Taïwanaises Francophones ne seront finalement pas maintenues en 2020.  Un report d’un an a été voté par le Bureau de l’AFET; initialement prévues du 9 au 11 décembre 2020, les Assises auront lieu à la mi-décembre 2021.

Le Goût de la liberté, (Peng Ming-Min, éd. René Viénet) librement accessible en ligne sur Internet Archive

Nous avons le plaisir de vous informer que l’ouvrage de Peng Ming-Min, Le Goût de la liberté, traduit de l’anglais par Pierre Mallet et paru aux Éditions René Viénet en 2011,est maintenant  librement accessible en ligne sur Internet Archive

D’autres livres des Éditions Viénet tels que Formose trahie de George Kerr le Fils du Generalissimo de Jay Taylor seront mis en accès libre dans les mois qui viennent pour les préserver et en faciliter une seconde diffusion.

L’AFET a par ailleurs des exemplaires de ces ouvrages à disposition de ses membres, proposés lors de chacun de nos événements. 

Parutions de deux recueils de poésie taïwanaise (Circé)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution chez Circé de deux recueils de poèmes taïwanais.

Yang Ze, N’aie pas de doute, trad. par Tan-Ying Chou et Mélie Chen

Présentation de l’éditeur :
Ce recueil rassemble des poèmes de Yang Ze des années 1970 à nos jours. Comme un vinyle sous l’aiguille du gramophone, une vie se déroule au fil des pages. Dans ses mélodies de jeunesse, le poète fredonne des confidences à Marianne («Je ne veux plus me tenir dans le bon camp, je ne veux plus qu’être dans le camp de l’amour… ») Puis, en exil, il congédie ses années romantiques ; un rock fiévreux crie la fin des illusions du xxe siècle, avant de conclure : La vie ne vaut pas d’être vécue. Avant, peut-être, j’en ai eu le funeste pressentiment. Ayant atteint l’âge mûr, de retour à Taipei devenue métropole, le poète entame la deuxième mi-temps de son parcours. Se tournant tardivement vers ce qui a disparu avec l’arrivée de la modernité, il choisit le monde des ruelles et de la nature. Un air s’élève, simple et populaire, qui chante le souvenir, le regret du temps qui passe, ainsi que les grands thèmes de la séparation et de la mort – faisant écho à la poésie classique. À l’entrée du tunnel du temps, il se tourne et lance : « N’aie pas de doute / Le vent froid se lève / Les ombres sur l’herbe / Raccourcissent de jour en jour… »
Yang Ze est né en 1954 dans la ville de Chiayi. Il publie ses premiers poèmes dans les années 1970, alors qu’il est étudiant en littérature étrangère à Taipei. Après avoir vécu dix ans à New York, Yang Ze retourne s’installer à Taipei en 1990, où il s’applique désormais à gribouiller sur ses carnets, bavarder autour d’une tasse de thé et somnoler sur ses piles de livres.

Wu Sheng, Grand-mère n’est pas poète, trad. par Chia-Ying Kate Lin Suarez et Isabelle Rabut

Présentation de l’éditeur :

Depuis la publication de ses premiers poèmes en 1959, Wu Sheng a publié cinq recueils de poésie et sept recueils d’essais. Le présent choix, qui rassemble des poèmes composés entre 1963 et 2018, récapitule les différentes étapes de sa carrière. 
Wu Sheng s’est passionné pour la poésie dès l’école secondaire, et ses premiers poèmes sont très influencés par le modernisme. À partir des années 70 se constitue son style propre : une poésie simple, enracinée dans le terroir taïwanais et profondément humaniste, qui décrit le monde rural avec un mélange de tendresse et de mélancolie, sans ignorer la réalité qui l’entoure et le menace.
Wu Sheng, de son vrai nom Wu Shengxiong, est né en 1944 à Xizhou, dans le comté de Zhanghua (Taiwan), au sein d’une famille paysanne de sept enfants. Diplômé de l’école d’agronomie de Pingdong, il retourne à Xizhou pour y enseigner, tout en aidant sa mère aux travaux des champs et en s’adonnant à la création poétique. En 1980, il est invité pour quatre mois à l’Iowa Writers’ Workshop. Ayant pris sa retraite en 2000, il poursuit son combat engagé de longue date pour la protection de l’environnement en plantant sur deux hectares des arbres appartenant aux espèces endémiques de Taiwan.  

Lee Ju-ling, Imaginer l’indigène. La photographie coloniale à Taïwan [1895-1945]

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Lee Ju-ling : Imaginer l’indigène : la photographie coloniale à Taïwan [1895-1945]. Paris : Hémisphères éditions, 2020, 252 p. (Coll. « Asie en perspective »). ISBN 978-2-37701-031-8

Présentation de l’éditeur :

Qu’est-ce qu’un aborigène taiwanais sous le regard d’un colon japonais ? En participant à la représentation de l’indigène dans une colonie japonaise, comment la photographie a-t-elle permis aux colonisateurs Japonais d’affirmer leur propre identité et de découvrir d’autres formes d’altérité ? En quoi la photographie a-t-elle contribué à légitimer l’expansion de l’empire du Japon ?
Après l’annexion de Taiwan par le Japon en 1895, la vie, les mœurs et les coutumes des premiers habitants de l’île deviennent autant de thèmes populaires de la photographie coloniale. Leur image matérialise la découverte de la sauvagerie par les anthropologues japonais, au moment même où naît leur discipline dans l’archipel. On vend ainsi de l’exotisme aux touristes en tissant un fantasme : celui d’un terrain vierge dans les marges de la civilisation de l’empire japonais.
On va même jusqu’à dénuder les aborigènes pour insister sur leur supposée barbarie… avant de commencer à les rhabiller dans des publications de propagande, pour suggérer les progrès de l’œuvre civilisatrice coloniale, tandis que les cartes postales continuent à représenter leur corps dénudé.
C’est ainsi que le colonialisme japonais articule l’ethnie et l’identité à l’aide de la photographie, créant un imaginaire propre à son empire en expansion.

« Survivance des images, transdisciplinarité et transculturalité » (Université Nationale Centrale, Taïwan)

Nous avons le plaisir de vous transmettre l’appel à contribution pour le colloque international, qui aura lieu du 22 au 23 octobre 2021 à l’Université Nationale Centrale (Taoyuan, Taïwan). Le thème du colloque est « Survivance des images, transdisciplinarité et transculturalité ». Les propositions d’une page accompagnées d’un bref CV sont à envoyer avant le 31 décembre 2020 à ncu3300@ncu.edu.tw.

Plus d’informations sur le document joint ci-dessous :

Parution de Perles, Chi Ta-wei (littérature)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de la traduction du recueil de nouvelles Perles, de l’écrivain taïwanais Chi Ta-wei 紀大偉, dans la collection « Taiwan Fiction » de l’Asiathèque : https://www.asiatheque.com/fr/book/perles

Simultanément à cette parution, l’Asiathèque propose également une réédition dans un nouveau format de Membrane, du même Chi Ta-wei : https://asiatheque.com/fr/book/membrane

Présentation de l’éditeur :
Une foule d’êtres insolites, sirènes, faunes, androïdes, mangeurs d’insectes, enquêteurs intergalactiques, rôdent dans les pages de ce recueil de nouvelles. Avec son écriture expérimentale mais toujours sensible, Chi Ta-wei invente des mondes à venir qui, tout en ressemblant étrangement au nôtre, révèlent les poisons qui le rongent et s’efforcent d’en trouver les antidotes. Après Membrane, roman de science-fiction puissant et poétique sur les mutations du corps et de la mémoire, il interroge ici les dérives de nos sociétés techniciennes et la normativité de nos identités.

Chi Ta-wei (né en 1972) est l’une des voix singulières de la littérature mondiale de l’imaginaire. Il est l’auteur de plusieurs romans et nouvelles fantastiques et de science-fiction. C’est une figure importante des mouvements de défense de la cause homosexuelle sur l’île de Taiwan. Membrane (publié en français par L’Asiathèque en 2015 et par Le livre de poche en 2017) est considéré comme le premier roman « SF queer » de langue chinoise.

(traductions d’Olivier Bialais, Coraline Jortay, Pierrick Rivet et Gwennaël Gaffric)

Congrès EATS 2021

Appel à contributions pour le prochain congrès européen d’études taïwanaises, qui aura lieu les 15, 16 et 17 avril 2021 à Masaryk University, Brno (République Tchèque).

La date limite pour l’envoi des propositions est le 15 septembre 2020 (et le 30 octobre pour les MA Panels).

Plus d’informations ici : https://www.eats-taiwan.eu/conference/eats-2021-conference.

2021 Taiwan Fellowship programme opens for applications

2021 TAIWAN FELLOWSHIP PROGRAMME OPENS FOR APPLICATIONS

The 2021 Taiwan Fellowship programme has opened for online applications. The deadline for applications will be 30 June 2020.

The Taiwan Fellowship was established by the Ministry of Foreign Affairs (MOFA) of the Republic of China (Taiwan) to award foreign experts and scholars, who are interested in researching Taiwan (including Taiwan’s New Southbound Policy, as well as its links with the Asia-Pacific and the world), cross-Strait relations, the Asia-Pacific region and sinology, the chance to conduct advanced research at universities or academic institutions in Taiwan.

The fellowship includes a stipend paid at the beginning of every month. Professors, associate professors, research fellows and associate research fellows are entitled to NT$ 60,000 while assistant professors, assistant research fellows and doctoral candidates are entitled to NT$ 50,000 (40 NTD = 1 GBP). Recipients are also entitled to one round-trip economy class ticket for the most direct route to Taiwan (the subsidy for travel will be decided in accordance with the relevant regulations).Accident insurance (plus medical insurance for accidental injuries) of up to NT$ 1 million is also provided.
The recipients of the fellowship will begin their research in Taiwan in January 2021. The duration of the programme is from 3 to 12 months and should be within the year 2021. The fellowship cannot extend to 2022 (i.e. to obtain a full 12 months the recipient must begin the fellowship in January 2021 and end by December of the same year).
For more information, please visit:
http://taiwanfellowship.ncl.edu.tw/eng/index.aspx

Dossier de candidature de l’AFET au prix de la Fondation culturelle franco-taiwanaise 2019

Vous trouverez ci-dessous en libre téléchargement le dossier réalisé pour la candidature de l’AFET au prix de la Fondation culturelle franco-taiwanaise 2019, qui fait le point sur les objectifs de l’association et les événements organisés depuis sa fondation.

Appel à candidature au prix de la Fondation culturelle franco-taiwanaise 2020

Etablie en 1996 sous l’égide de l’Académie des sciences morales et politiques, la Fondation culturelle franco-taiwanaise a pour objet de « récompenser chaque année, par deux prix, des œuvres, artistiques ou littéraires, mettant en lumière les rapports entre l’Europe et Taiwan et/ou contribuant à l’intensification des rapports culturels entre l’Europe et Taiwan. »

Chaque prix est de 25.000 euros. Peut faire acte de candidature toute personne morale ou physique issue d’un pays du continent européen ou de Taiwan et répondant à l’objet de la Fondation.

Les candidats doivent pouvoir faire état de travaux de recherche, de programmes culturels, de reportages, de publications, de créations artistiques etc., achevés ou en cours de réalisation, et en rapport direct avec Taiwan.

Après avoir rempli le formulaire ci-après (en français, chinois ou anglais) et y avoir joint les documents attestant des travaux accomplis ainsi que d’éventuelles références et recommandations, les candidats devront adresser le dossier ainsi constitué, avant le 31 mai 2020 pour une candidature au prix de l’année en cours, à :
Académie des sciences morales et politiques
Fondation culturelle franco-taiwanaise
23, quai de Conti
75006 Paris, France

Les dossiers seront examinés par le jury de la Fondation, constitué d’académiciens français et d’universitaires taiwanais, à Paris ou à Taipei. Les lauréats, informés par l’Académie, seront invités à l’Institut de France pour une cérémonie spéciale de remise des prix.

Plus d’informations et formulaire à télécharger ici (pour le français) et ici (pour le chinois).

Conférence « Taïwan : la victoire de Tsai Ing-wen et ses conséquences », INALCO, 30 janvier

Le jeudi 30 janvier à 19h, Asialyst coorganise avec l’Institut des langues et civilisations orientales une conférence gratuite pour analyser les résultats des élections taïwanaises du 11 janvier et leurs conséquences sur les relations avec la Chine ou la politique commerciale de l’île.

avec
Intervenants : Françoise Nicolas, directrice du Centre Asie de l’Ifri (Institut français des relations internationales)
Mathieu Duchâtel, directeur du programme Asie de l’Institut Montaigne.
Alexandre Gandil, doctorant au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po.
Modérateur : Joris Zylberman, rédacteur en chef d’Asialyst et ancien correspondant en Chine.

Plus d’informations : https://asialyst.com/fr/2020/01/24/conference-30-janvier-taiwan-victoire-tsai-ing-wen-consequences/

Prolongation de l’appel à propositions pour les Assises des études taïwanaises francophones (15 janvier 2020)

L’appel à propositions pour les Assises des études taïwanaises francophones 2020 à Paris est prolongé au 15 janvier 2020.

Merci d’envoyer vos propositions à l’adresse suivante : bureau@etudes-taiwanaises.fr, selon les modalités indiquées dans l’appel.

Toutes les informations liées à cet événement sont à retrouver ici.

Appel : International Journal of Taiwan Studies (Language and Society in Taiwan)

Appel à contributions pour l’International Journal of Taiwan Studies (plus d’informations ci-dessous) :

International Journal of Taiwan Studies
Topical Section Call for Papers

“Language and Society in Taiwan

Since the beginning of the twentieth century, Taiwan has undergone continuous and profound sociolinguistic changes. Modern language planning was initiated by the Japanese colonial government and its decision to establish Japanese as Taiwan’s national language (kokugo). This policy introduced three innovative moments: first, the modern concept of a national language was for the first time introduced to Taiwan. Second, by actively implementing the spread of the national language, the Japanese colonial period marks the beginning of institutionalised linguistic hierarchies. Third, the top position within this hierarchy was attributed to Japanese, a new language on Taiwan’s linguistic map. After the regime change in 1945, the KMT government continued this national language policy, the only significant change being the replacement of Japanese with Mandarin. As a result of national language planning, Taiwan society at large has undergone two major language shifts. By 1945, according to historical reports, the use of the Japanese language was widespread, and had even entered private domains. At the end of the twentieth century, Mandarin had been successfully established as Taiwan’s dominant language of education, government administration and media; its use in private domains had reached unprecedented levels. At the same time, since the late twentieth century, the reverse effects of national language planning have become increasingly obvious: a growing marginalisation and even endangerment of the mother tongues of the great majority of Taiwan’s population, i.e. the Austronesian languages of ethnic minorities, Hakka and the Southern Min dialects collectively referred to as Hoklo or Taiwanese. For some 20 years, this process of marginalisation and endangerment has been an issue of closely connected debates on the re-definition of national language policies, language in education, and Taiwan identity at large.

Against this historical backdrop, this topical section of the International Journal of Taiwan Studies (IJTS) welcomes papers that address recent developments in Taiwan’s language planning. Due to the current shortage of empirical studies that engage with language policies after 2000, we particularly encourage inquiries into the effects of mother tongue education, the promulgation of language laws, and non-governmental language activism. Moreover, although the fields of language planning and societal multilingualism have witnessed the introduction of new frameworks, concepts and approaches in the past years, Taiwan has played only a marginal role in theory building. Therefore, contributions that apply concepts such as linguistic justice or agency in language planning to Taiwan’s language situation are particularly welcome.

To signal your interest and intent to write an article in this topical section please email an abstract (300-400 words) along with a short bio (50-100 words) to the guest editors: Professor Henning Klöter (Humboldt University of Berlin, email: henning.kloeter@hu-berlin.de) and Julia Wasserfall (julia.wasserfall@hu-berlin.de) by 31 January 2020.

Timeline

By 31 January 2020: Submission of abstract.

By 29 February 2020: Decision by guest editors on invitations for manuscript submission.

By 31 August 2020: Submit manuscript (5000-7000 words) to Professor Henning Klöter and Julia Wasserfall, for review by editors.

By 31 January 2021: Submit manuscript online to the IJTS for double-blind peer review.

Parution « Taïwan : Taïwan des années 1930 aux années 1950 : La naissance d’une société pluraliste » (Le Monde Chinois n°58)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du nouveau numéro de la revue Le Monde Chinois, qui comprend un dossier sur Taïwan.

Les articles portant sur Taïwan :

Éditorial : Formose entre deux Empires. La Chine au Maghreb et en Méditerranée, Emmanuel Dubois de Prisque et Jean-Yves Heurtebise

Taïwan des années 1930 aux années 1950 : la naissance d’une société pluraliste, Philippe Chevalérias

1945-1949 : une période charnière pour l’économie de Taïwan. Crise économique et nouvelles opportunités, Philippe Chevalérias

The distinctive features of urban primacy in Taiwan from Japanese colonial context till early KMT authority regime, Chun-ya Liu

D’une assimilation à l’autre : la transition des politiques éducatives japonaises à celles de la République de Chine à Taïwan dans l’après-guerre, Vladimir Stolojan-filipesco

Le corps dansant comme territoire politique. La transition par la danse dans la société taïwanaise, Chanyueh Liu

La peinture à Taïwan des années 1930 aux années 1950 : échos artistiques du contexte socio-politique, Marie Laureillard

Miyuan, (re)imaginings of the Japanese legacy, and the making of postcolonial discourse in 1990s Taiwan, Coraline Jortay

Lien vers le sommaire complet : https://www.cairn.info/revue-monde-chinois-2019-2.htm

Assises des études taïwanaises francophones 2020, Paris

L’AFET, en partenariat avec l’EFEO, l’Académie des sciences morales et politiques et l’Assemblée nationale, organisera à Paris, du 9 au 11 décembre 2020, les Assises des études taïwanaises francophones. Nous vous invitons à y prendre part activement en répondant à cet appel à communication.

Ces Assises ont pour objectif de rassembler, trois jours durant, les spécialistes de Taïwan des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, dont la langue française a été l’une des langues d’apprentissage des sciences sociales, est une source d’inspiration théorique, et demeure une des langues privilégiées de restitution des travaux, dans le cadre de discussions avec le reste de la communauté scientifique. L’appel est détaillé dans ce document :

 Appel_à_communication_Assises.pdf

L’appel à communication est ouvert à toutes et tous, sans distinction de nationalité, de statut institutionnel ou de niveau d’études. Les propositions d’intervention sont à soumettre jusqu’au 15 décembre 2019, via le formulaire ci-joint, à retourner à l’adresse bureau@etudes-taiwanaises.fr.

 Formulaire_Assises_Taïwan_2020

Les auteurs dont les propositions auront été acceptées seront notifiés le 15 février 2020 et pourront ensuite nous faire parvenir leurs articles (de 5,000 à 10,000 mots) jusqu’au 15 septembre 2020 à l’adresse secretaire@etudes-taiwanaises.fr.

Le cinquième prix Christian Ricourt du jeune chercheur francophone en études taïwanaises, d’un montant de 500€, sera remis à l’issue des Assises. Les candidats seront évalués sur la base du document de recherche transmis et sur leur prestation orale lors des Assises. Le règlement du prix est disponible ici :

 Règlement_du_prix_C._Ricourt_Etudes_Taïwanais…