Communiqué de l’Association francophone d’Études taïwanaises (AFET) à la suite de l’adoption de la loi asile-immigration

Mardi 19 décembre 2023, le Sénat et l’Assemblée nationale ont adopté la loi asile-immigration. Ce texte inscrit le principe de la préférence nationale dans le droit français et légitime des inégalités non proportionnées sur la base de discriminations à raison de la nationalité, allant à l’encontre des avis de la Cour européenne des Droits de l’Homme et du Conseil constitutionnel portant sur le droit des étrangers. Nous, membres du Bureau et anciens présidents de l’Association francophone d’Études taïwanaises (AFET), exprimons notre indignation face à un texte qui s’affranchit de l’idéal républicain et de ses principes d’égalité et de fraternité.

 

Cette loi durcit considérablement les conditions d’accès au territoire et aux prestations essentielles pour les personnes étrangères parmi lesquelles les étudiants, les personnes ayant besoin de soins ou encore les familles de travailleurs présents sur le territoire. Elle établit notamment une préférence nationale dans l’ouverture aux droits sociaux conditionnant le versement des aides et prestations sociales (APL, AME, etc.) à une présence d’au moins 5 ans sur le territoire français pour certaines catégories d’étrangers. Pour les étudiants, le texte impose l’obligation annuelle de justifier “du caractère réel et sérieux des études”, le dépôt d’une caution pour l’obtention d’un titre de séjour, ainsi que la majoration désormais généralisée des droits d’inscription pour les étudiants extra-communautaires.

 

En tant que société savante, association à but non lucratif et à caractère scientifique, l’AFET constitue un réseau composé de nombreuses personnes étrangères (extra-communautaires ou non). À ce titre et au regard de ses engagements, l’AFET s’inquiète notamment de l’application de cette loi dans le champ de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous, qui présidons et avons présidé l’AFET, qui siégeons et avons siégé en son bureau, pouvons témoigner sur un peu plus d’une décennie de l’importance de ces jeunes intellectuels étrangers, parlant français et formés en France, non seulement dans la compréhension du monde qu’ils apportent par leur travail, mais aussi dans les réseaux de relations privilégiés qu’ils constituent entre la France et leurs pays d’origine. L’AFET exprime ainsi son soutien au communiqué du lundi 19 décembre co-signé par plusieurs présidents d’université et directeurs de grande école. Ceux-ci se sont exprimés à juste titre pour dénoncer un texte qui déroge “aux valeurs sur lesquelles se fonde l’université française : celles de l’universalisme, de l’ouverture et de l’accueil, de la libre et féconde circulation des savoirs, celles de l’esprit des Lumières”.

Les membres actuels du bureau et anciens présidents de l’AFET



Citer ce billet
agathelemaitre (2023, 21 décembre). Communiqué de l’Association francophone d’Études taïwanaises (AFET) à la suite de l’adoption de la loi asile-immigration. Études Taïwanaises. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vemn

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search