Parutions de deux recueils de poésie taïwanaise (Circé)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution chez Circé de deux recueils de poèmes taïwanais.

Yang Ze, N’aie pas de doute, trad. par Tan-Ying Chou et Mélie Chen

Présentation de l’éditeur :
Ce recueil rassemble des poèmes de Yang Ze des années 1970 à nos jours. Comme un vinyle sous l’aiguille du gramophone, une vie se déroule au fil des pages. Dans ses mélodies de jeunesse, le poète fredonne des confidences à Marianne («Je ne veux plus me tenir dans le bon camp, je ne veux plus qu’être dans le camp de l’amour… ») Puis, en exil, il congédie ses années romantiques ; un rock fiévreux crie la fin des illusions du xxe siècle, avant de conclure : La vie ne vaut pas d’être vécue. Avant, peut-être, j’en ai eu le funeste pressentiment. Ayant atteint l’âge mûr, de retour à Taipei devenue métropole, le poète entame la deuxième mi-temps de son parcours. Se tournant tardivement vers ce qui a disparu avec l’arrivée de la modernité, il choisit le monde des ruelles et de la nature. Un air s’élève, simple et populaire, qui chante le souvenir, le regret du temps qui passe, ainsi que les grands thèmes de la séparation et de la mort – faisant écho à la poésie classique. À l’entrée du tunnel du temps, il se tourne et lance : « N’aie pas de doute / Le vent froid se lève / Les ombres sur l’herbe / Raccourcissent de jour en jour… »
Yang Ze est né en 1954 dans la ville de Chiayi. Il publie ses premiers poèmes dans les années 1970, alors qu’il est étudiant en littérature étrangère à Taipei. Après avoir vécu dix ans à New York, Yang Ze retourne s’installer à Taipei en 1990, où il s’applique désormais à gribouiller sur ses carnets, bavarder autour d’une tasse de thé et somnoler sur ses piles de livres.

Wu Sheng, Grand-mère n’est pas poète, trad. par Chia-Ying Kate Lin Suarez et Isabelle Rabut

Présentation de l’éditeur :

Depuis la publication de ses premiers poèmes en 1959, Wu Sheng a publié cinq recueils de poésie et sept recueils d’essais. Le présent choix, qui rassemble des poèmes composés entre 1963 et 2018, récapitule les différentes étapes de sa carrière. 
Wu Sheng s’est passionné pour la poésie dès l’école secondaire, et ses premiers poèmes sont très influencés par le modernisme. À partir des années 70 se constitue son style propre : une poésie simple, enracinée dans le terroir taïwanais et profondément humaniste, qui décrit le monde rural avec un mélange de tendresse et de mélancolie, sans ignorer la réalité qui l’entoure et le menace.
Wu Sheng, de son vrai nom Wu Shengxiong, est né en 1944 à Xizhou, dans le comté de Zhanghua (Taiwan), au sein d’une famille paysanne de sept enfants. Diplômé de l’école d’agronomie de Pingdong, il retourne à Xizhou pour y enseigner, tout en aidant sa mère aux travaux des champs et en s’adonnant à la création poétique. En 1980, il est invité pour quatre mois à l’Iowa Writers’ Workshop. Ayant pris sa retraite en 2000, il poursuit son combat engagé de longue date pour la protection de l’environnement en plantant sur deux hectares des arbres appartenant aux espèces endémiques de Taiwan.  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.