Tous les articles par Gwennaël Gaffric

Appel : International Journal of Taiwan Studies (Language and Society in Taiwan)

Appel à contributions pour l’International Journal of Taiwan Studies (plus d’informations ci-dessous) :

International Journal of Taiwan Studies
Topical Section Call for Papers

“Language and Society in Taiwan

Since the beginning of the twentieth century, Taiwan has undergone continuous and profound sociolinguistic changes. Modern language planning was initiated by the Japanese colonial government and its decision to establish Japanese as Taiwan’s national language (kokugo). This policy introduced three innovative moments: first, the modern concept of a national language was for the first time introduced to Taiwan. Second, by actively implementing the spread of the national language, the Japanese colonial period marks the beginning of institutionalised linguistic hierarchies. Third, the top position within this hierarchy was attributed to Japanese, a new language on Taiwan’s linguistic map. After the regime change in 1945, the KMT government continued this national language policy, the only significant change being the replacement of Japanese with Mandarin. As a result of national language planning, Taiwan society at large has undergone two major language shifts. By 1945, according to historical reports, the use of the Japanese language was widespread, and had even entered private domains. At the end of the twentieth century, Mandarin had been successfully established as Taiwan’s dominant language of education, government administration and media; its use in private domains had reached unprecedented levels. At the same time, since the late twentieth century, the reverse effects of national language planning have become increasingly obvious: a growing marginalisation and even endangerment of the mother tongues of the great majority of Taiwan’s population, i.e. the Austronesian languages of ethnic minorities, Hakka and the Southern Min dialects collectively referred to as Hoklo or Taiwanese. For some 20 years, this process of marginalisation and endangerment has been an issue of closely connected debates on the re-definition of national language policies, language in education, and Taiwan identity at large.

Against this historical backdrop, this topical section of the International Journal of Taiwan Studies (IJTS) welcomes papers that address recent developments in Taiwan’s language planning. Due to the current shortage of empirical studies that engage with language policies after 2000, we particularly encourage inquiries into the effects of mother tongue education, the promulgation of language laws, and non-governmental language activism. Moreover, although the fields of language planning and societal multilingualism have witnessed the introduction of new frameworks, concepts and approaches in the past years, Taiwan has played only a marginal role in theory building. Therefore, contributions that apply concepts such as linguistic justice or agency in language planning to Taiwan’s language situation are particularly welcome.

To signal your interest and intent to write an article in this topical section please email an abstract (300-400 words) along with a short bio (50-100 words) to the guest editors: Professor Henning Klöter (Humboldt University of Berlin, email: henning.kloeter@hu-berlin.de) and Julia Wasserfall (julia.wasserfall@hu-berlin.de) by 31 January 2020.

Timeline

By 31 January 2020: Submission of abstract.

By 29 February 2020: Decision by guest editors on invitations for manuscript submission.

By 31 August 2020: Submit manuscript (5000-7000 words) to Professor Henning Klöter and Julia Wasserfall, for review by editors.

By 31 January 2021: Submit manuscript online to the IJTS for double-blind peer review.

Parution « Taïwan : Taïwan des années 1930 aux années 1950 : La naissance d’une société pluraliste » (Le Monde Chinois n°58)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du nouveau numéro de la revue Le Monde Chinois, qui comprend un dossier sur Taïwan.

Les articles portant sur Taïwan :

Éditorial : Formose entre deux Empires. La Chine au Maghreb et en Méditerranée, Emmanuel Dubois de Prisque et Jean-Yves Heurtebise

Taïwan des années 1930 aux années 1950 : la naissance d’une société pluraliste, Philippe Chevalérias

1945-1949 : une période charnière pour l’économie de Taïwan. Crise économique et nouvelles opportunités, Philippe Chevalérias

The distinctive features of urban primacy in Taiwan from Japanese colonial context till early KMT authority regime, Chun-ya Liu

D’une assimilation à l’autre : la transition des politiques éducatives japonaises à celles de la République de Chine à Taïwan dans l’après-guerre, Vladimir Stolojan-filipesco

Le corps dansant comme territoire politique. La transition par la danse dans la société taïwanaise, Chanyueh Liu

La peinture à Taïwan des années 1930 aux années 1950 : échos artistiques du contexte socio-politique, Marie Laureillard

Miyuan, (re)imaginings of the Japanese legacy, and the making of postcolonial discourse in 1990s Taiwan, Coraline Jortay

Lien vers le sommaire complet : https://www.cairn.info/revue-monde-chinois-2019-2.htm

Assises des études taïwanaises francophones 2020, Paris

L’AFET, en partenariat avec l’EFEO, l’Académie des sciences morales et politiques et l’Assemblée nationale, organisera à Paris, du 9 au 11 décembre 2020, les Assises des études taïwanaises francophones. Nous vous invitons à y prendre part activement en répondant à cet appel à communication.

Ces Assises ont pour objectif de rassembler, trois jours durant, les spécialistes de Taïwan des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, dont la langue française a été l’une des langues d’apprentissage des sciences sociales, est une source d’inspiration théorique, et demeure une des langues privilégiées de restitution des travaux, dans le cadre de discussions avec le reste de la communauté scientifique. L’appel est détaillé dans ce document :

 Appel_à_communication_Assises.pdf

L’appel à communication est ouvert à toutes et tous, sans distinction de nationalité, de statut institutionnel ou de niveau d’études. Les propositions d’intervention sont à soumettre jusqu’au 15 décembre 2019, via le formulaire ci-joint, à retourner à l’adresse bureau@etudes-taiwanaises.fr.

 Formulaire_Assises_Taïwan_2020

Les auteurs dont les propositions auront été acceptées seront notifiés le 15 février 2020 et pourront ensuite nous faire parvenir leurs articles (de 5,000 à 10,000 mots) jusqu’au 15 septembre 2020 à l’adresse secretaire@etudes-taiwanaises.fr.

Le cinquième prix Christian Ricourt du jeune chercheur francophone en études taïwanaises, d’un montant de 500€, sera remis à l’issue des Assises. Les candidats seront évalués sur la base du document de recherche transmis et sur leur prestation orale lors des Assises. Le règlement du prix est disponible ici :

 Règlement_du_prix_C._Ricourt_Etudes_Taïwanais…

24e Prix de la Fondation culturelle franco-taïwanaise

Chers amis,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que l’AFET fait partie des récipiendaires du 24e Prix de la Fondation Culturelle Franco-Taiwanaise décerné par le Ministère de la Culture de Taïwan et de l’Académie des Sciences Morales et Politiques de l’Institut de France. 

Nous remercions chaleureusement Mesdames et Messieurs les Académiciennes et Académiciens et membres du Jury de la Fondation pour leur choix.

Nous tenions également à vous remercier, membres du réseau des études taïwanaises francophones et participants à nos manifestations, pour votre soutien et votre participation au développement et à la promotion des études taïwanaises francophones auxquelles l’association contribue en essayant de rassembler le plus grand nombre possible de ses acteurs à travers des manifestations diverses et notre lettre d’information. Avec ce Prix, qui sera remis dans le courant de l’année 2020, l’année des dix ans de l’AFET, les études taïwanaises francophones gagneront encore en visibilité.

Conformément aux délibérations de nos deux dernières Assemblées générales et à ce que nous avons proposé dans le dossier de candidature pour le Prix, ce dernier sera prioritairement employé au financement des premières Assises des études taïwanaises francophones qui se tiendront à Paris du 9 au 11 décembre 2020.

Nous reviendrons très bientôt vers vous pour plus de détails concernant cet événement en préparation. Sans attendre que l’appel à communication, qui sera bientôt finalisé, vous soit envoyé, nous vous invitons d’ores et déjà à réfléchir à votre possible participation et à bloquer les dates de cet événement qui, nous l’espérons, nous rassemblera tous.

Conférences et projections sur la littérature taïwanaise (1 et 2 octobre, Auditorium de l’Inalco )

Mardi 1er octobre :

Rencontre avec la romancière Li Ang 李昂
Projection du film The Moon Also Rises de Lin Cheng-Sheng

Mercredi 2 octobre :

Conférence du professeur Lin Ming-teh 林明德
Projection du film documentaire
Beyond Beauty: Taiwan from Above de Chi Bo-lin

Plus d’informations dans les affiches jointes.

Inscriptions à la Newsletter de l’AFET

👉 Si vous souhaitez recevoir régulièrement par courriel des annonces relatives aux événements académiques (conférences, appels à articles…) et aux principaux événements culturels francophones concernant Taïwan, n’hésitez pas à vous inscrire en cliquant sur le lien suivant :

https://framaforms.org/votre-consentement-a-recevoir-les-courriels-de-diffusion-de-lafet-1568547050?fbclid=IwAR0Kk8hbiWpOwMZNJB1c0N6AP-3ya2uca7IOBOejxMM9mLmxYd6-86cJ5dQ

L’AFET lancera prochainement une campagne d’adhésion, permettant une adhésion en ligne qui simplifiera les procédures, en particulier pour ceux qui ne résident pas en France.

Nous espérons que vous serez nombreux à rejoindre l’Association, mais il n’est pas requis d’être adhérent pour être inscrit sur notre liste de diffusion.

Parution du numéro 10 de la revue JENTAYU

Parution du numéro 10 de la revue de littérature asiatique en traduction Jentayu

http://editions-jentayu.fr/

Figurent notamment au sommaire des textes d’une autrice et d’un auteur taïwanais :

“La Ville de verre” (Chang Hui-ching) (tr. des étudiants d’un cours du département français de l’Université nationale centrale de Taïwan, sous la dir. de Matthieu Kolatte)

Quatre poèmes de Lo Ch’ing (tr. Marie Laureillard)

Call for papers (17th EATS Conference, BRUXELLES, 2020)

Nous avons le plaisir de vous transmettre l’appel à contributions de l’European Association of Taiwan Studies (EATS) pour son 17e congrès organisé du 6 au 8 avril 2020 à Bruxelles. Vous avez jusqu’au 31 août pour soumettre vos travaux et candidater pour le prix du Young Scholar Award.

Plus d’informations dans les pièces joints ci-dessous.

Parution du n°57 du Monde Chinois sur le cinéma Sinophone

Parution du numéro 57 de la revue Le Monde Chinois

“Affect et politique dans le cinéma sinophone après 1980”
coordination : Corrado Neri

Plusieurs articles sur Taïwan figurent au sommaire :


Lin Wenchi, « Country City: The Representation of Taipei in the Urban Comedies by Hou Hsiao-hsien and Chen Kun-how »

Gesse Chih-ching, « La représentation de Taïwan dans les années quatre-vingt : étude de deux adaptations cinématographiques »

Kolatte Matthieu, « Les destinées politiques : individus et histoire dans le cinéma de Wan Jen »

Xie Wendy, « Mother’s Suffering and the Politics of Tears in Mama, Love Me One More Time »

Neri Corrado, « This Moment, Back then: retro imaginary, nostalgia and memories in contemporary Taiwan visual culture »


Lien vers le sommaire complet du numéro

Parution : Chantal Zheng, Taiwan Les enjeux du patrimoine et de la mémoire (PUAM)

Chantal Zheng, Taïwan : les enjeux du patrimoine et de la mémoire, 2019, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 286 pages.

Résumé :

Cet ouvrage a pour ambition de discuter l’articulation de l’histoire, de l’anthropologie des arts, du patrimoine et des mémoires plurielles dans le contexte de la construction nationale de Taiwan à la faveur des grands débats identitaires qui ont agité la société multiculturelle insulaire durant ce dernier quart de siècle. Il tente de brosser les portraits pris sur le vif de différentes communautés locales à un moment précis de la rencontre de leur destin communautaire et de leur destin collectif. La démarche se fixe dans cet état des lieux l’objectif d’explorer les contributions, maladresses, ambiguïtés, contradictions et tribulations identitaires à l’œuvre. La première partie aborde la question des patrimoines militaire, industriel, artistique et archéologique de l’île à travers le prisme du métissage et de la multiculturalité. Une seconde partie développe une réflexion sur les pratiques de revitalisation identitaire au sein des communautés austronésiennes mais aussi chez les Hakkas et dans les communautés waisheng (continentales). Une dernière partie investigue la mise en valeur touristique et les enjeux d’un patrimoine chargé d’histoire qui dévoile le mécanisme souvent ambigu d’une mémoire collective.

Lien vers le site de l’éditeur : ici

4E PRIX CHRISTIAN RICOURT Du jeune chercheur en études taïwanaises

Félicitations à Alexandre Gandil pour l’obtention du quatrième prix Christian Ricourt du jeune chercheur en études taïwanaises pour son travail autour de “De quoi “la taïwanisation” est-elle le nom ? La trajectoire du Parti Démocrate Progressiste à Kinmen” !

Ce prix a été remis par M. l’Ambassadeur Wu Chih-chung à l’occasion des journées annuelles jeunes chercheurs francophones en études taïwanaises organisées par l’Association Francophone d’Études Taïwanaises à l’IEP de Lyon.

Assemblée générale de l’Association Francophone d’Études Taïwanaises

Chers membres de l’AFET, chers amis,


Nous vous invitons par la présence à la prochaine assemblée générale de l’Association Francophone d’Études Taïwanaises, qui se tiendra le 4 avril à 17h15, dans l’amphithéâtre Leclair de Sciences Po Lyon (14, av. Berthelot 69007 Lyon), soit après l’issue de la première journée de nos Journées Jeunes Chercheurs.

Vous trouverez ci-dessous l’ordre du jour de cette AG :

  1. Bilan moral de l’AFET 2018-2019

  2. Bilan financier de l’AFET 2018-2019

  3. Vote des amendements aux statuts de l’AFET

  4. Assises 2020 des études taïwanaises francophones

  5. Partenariats (éditeurs, association de recherche…)

  6. Organisation de la prochaine JE jeunes chercheurs en études taïwanaises

  7. Règlement du prix du jeune chercheur en études taïwanaises

  8. Questions relatives au compte bancaire

  9. Site internet et carnet Hypothèses

  10. Bases de données

  11. Autres projets et questions diverses

pUBLICATION DE “Imaginer l’indigène : La photographie coloniale à Taïwan [1895-1945]” Lee Ju-Ling

Paru en novembre 2018 dans la collection “Asie en perspectives” des éditions Hémisphères :

Imaginer l’indigène La photographie coloniale à Taïwan [1895-1945] de Lee Ju-Ling

LE LIVRE

Qu’est-ce qu’un aborigène taïwanais sous le regard des colons japonais ? En participant à la construction de l’indigène dans une colonie japonaise, comment la photographie a-t-elle permis aux colonisateurs Japonais d’affirmer leur propre identité et de découvrir d’autres formes d’altérité ? En quoi la photographie contribua-t-elle à légitimer l’expansion de l’Empire du Japon ?
La légende de ces peuples autochtones devient un thème populaire de la photographie coloniale après l’annexion de Taïwan par le Japon en 1895. L’image de ces premiers habitants de l’île matérialise la découverte de la sauvagerie par les anthropologues japonais au moment même où nait leur discipline dans l’archipel. On vend ainsi de l’exotisme aux touristes en tissant un fantasme, celui d’un terrain vierge dans les marges de la civilisation de l’empire japonais. On va même jusqu’à dénuder les aborigènes pour insister sur leur barbarie supposée.
Les représentations se diversifient au cours du temps avec l’émergence de nouvelles générations de photographes, du développement des supports médiatiques, de l’industrie du tourisme, mais aussi sous l’influence des politiques coloniales en tant que telles. On commence alors à les rhabiller dans les publications de propagande pour suggérer les progrès
de l’œuvre civilisatrice coloniale, tandis que les cartes postales continuent à représenter leur corps dénudé.

Le colonialisme japonais articule l’ethnie et l’identité à l’aide de la photographie et crée ainsi un imaginaire propre de son empire en expansion.

L’AUTEUR

Ju-Ling Lee, titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université Lyon 2, est actuellement chercheuse à l’Université de Genève. Ses recherches s’intéressent aux politiques coloniales
des corps et à l’usage des médias par l’Empire du Japon.

Lien vers le site de l’éditeur