Archives de catégorie : Parutions

Le Goût de la liberté, (Peng Ming-Min, éd. René Viénet) librement accessible en ligne sur Internet Archive

Nous avons le plaisir de vous informer que l’ouvrage de Peng Ming-Min, Le Goût de la liberté, traduit de l’anglais par Pierre Mallet et paru aux Éditions René Viénet en 2011,est maintenant  librement accessible en ligne sur Internet Archive

D’autres livres des Éditions Viénet tels que Formose trahie de George Kerr le Fils du Generalissimo de Jay Taylor seront mis en accès libre dans les mois qui viennent pour les préserver et en faciliter une seconde diffusion.

L’AFET a par ailleurs des exemplaires de ces ouvrages à disposition de ses membres, proposés lors de chacun de nos événements. 

Parutions de deux recueils de poésie taïwanaise (Circé)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution chez Circé de deux recueils de poèmes taïwanais.

Yang Ze, N’aie pas de doute, trad. par Tan-Ying Chou et Mélie Chen

Présentation de l’éditeur :
Ce recueil rassemble des poèmes de Yang Ze des années 1970 à nos jours. Comme un vinyle sous l’aiguille du gramophone, une vie se déroule au fil des pages. Dans ses mélodies de jeunesse, le poète fredonne des confidences à Marianne («Je ne veux plus me tenir dans le bon camp, je ne veux plus qu’être dans le camp de l’amour… ») Puis, en exil, il congédie ses années romantiques ; un rock fiévreux crie la fin des illusions du xxe siècle, avant de conclure : La vie ne vaut pas d’être vécue. Avant, peut-être, j’en ai eu le funeste pressentiment. Ayant atteint l’âge mûr, de retour à Taipei devenue métropole, le poète entame la deuxième mi-temps de son parcours. Se tournant tardivement vers ce qui a disparu avec l’arrivée de la modernité, il choisit le monde des ruelles et de la nature. Un air s’élève, simple et populaire, qui chante le souvenir, le regret du temps qui passe, ainsi que les grands thèmes de la séparation et de la mort – faisant écho à la poésie classique. À l’entrée du tunnel du temps, il se tourne et lance : « N’aie pas de doute / Le vent froid se lève / Les ombres sur l’herbe / Raccourcissent de jour en jour… »
Yang Ze est né en 1954 dans la ville de Chiayi. Il publie ses premiers poèmes dans les années 1970, alors qu’il est étudiant en littérature étrangère à Taipei. Après avoir vécu dix ans à New York, Yang Ze retourne s’installer à Taipei en 1990, où il s’applique désormais à gribouiller sur ses carnets, bavarder autour d’une tasse de thé et somnoler sur ses piles de livres.

Wu Sheng, Grand-mère n’est pas poète, trad. par Chia-Ying Kate Lin Suarez et Isabelle Rabut

Présentation de l’éditeur :

Depuis la publication de ses premiers poèmes en 1959, Wu Sheng a publié cinq recueils de poésie et sept recueils d’essais. Le présent choix, qui rassemble des poèmes composés entre 1963 et 2018, récapitule les différentes étapes de sa carrière. 
Wu Sheng s’est passionné pour la poésie dès l’école secondaire, et ses premiers poèmes sont très influencés par le modernisme. À partir des années 70 se constitue son style propre : une poésie simple, enracinée dans le terroir taïwanais et profondément humaniste, qui décrit le monde rural avec un mélange de tendresse et de mélancolie, sans ignorer la réalité qui l’entoure et le menace.
Wu Sheng, de son vrai nom Wu Shengxiong, est né en 1944 à Xizhou, dans le comté de Zhanghua (Taiwan), au sein d’une famille paysanne de sept enfants. Diplômé de l’école d’agronomie de Pingdong, il retourne à Xizhou pour y enseigner, tout en aidant sa mère aux travaux des champs et en s’adonnant à la création poétique. En 1980, il est invité pour quatre mois à l’Iowa Writers’ Workshop. Ayant pris sa retraite en 2000, il poursuit son combat engagé de longue date pour la protection de l’environnement en plantant sur deux hectares des arbres appartenant aux espèces endémiques de Taiwan.  

Lee Ju-ling, Imaginer l’indigène. La photographie coloniale à Taïwan [1895-1945]

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Lee Ju-ling : Imaginer l’indigène : la photographie coloniale à Taïwan [1895-1945]. Paris : Hémisphères éditions, 2020, 252 p. (Coll. « Asie en perspective »). ISBN 978-2-37701-031-8

Présentation de l’éditeur :

Qu’est-ce qu’un aborigène taiwanais sous le regard d’un colon japonais ? En participant à la représentation de l’indigène dans une colonie japonaise, comment la photographie a-t-elle permis aux colonisateurs Japonais d’affirmer leur propre identité et de découvrir d’autres formes d’altérité ? En quoi la photographie a-t-elle contribué à légitimer l’expansion de l’empire du Japon ?
Après l’annexion de Taiwan par le Japon en 1895, la vie, les mœurs et les coutumes des premiers habitants de l’île deviennent autant de thèmes populaires de la photographie coloniale. Leur image matérialise la découverte de la sauvagerie par les anthropologues japonais, au moment même où naît leur discipline dans l’archipel. On vend ainsi de l’exotisme aux touristes en tissant un fantasme : celui d’un terrain vierge dans les marges de la civilisation de l’empire japonais.
On va même jusqu’à dénuder les aborigènes pour insister sur leur supposée barbarie… avant de commencer à les rhabiller dans des publications de propagande, pour suggérer les progrès de l’œuvre civilisatrice coloniale, tandis que les cartes postales continuent à représenter leur corps dénudé.
C’est ainsi que le colonialisme japonais articule l’ethnie et l’identité à l’aide de la photographie, créant un imaginaire propre à son empire en expansion.

Parution de Perles, Chi Ta-wei (littérature)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de la traduction du recueil de nouvelles Perles, de l’écrivain taïwanais Chi Ta-wei 紀大偉, dans la collection « Taiwan Fiction » de l’Asiathèque : https://www.asiatheque.com/fr/book/perles

Simultanément à cette parution, l’Asiathèque propose également une réédition dans un nouveau format de Membrane, du même Chi Ta-wei : https://asiatheque.com/fr/book/membrane

Présentation de l’éditeur :
Une foule d’êtres insolites, sirènes, faunes, androïdes, mangeurs d’insectes, enquêteurs intergalactiques, rôdent dans les pages de ce recueil de nouvelles. Avec son écriture expérimentale mais toujours sensible, Chi Ta-wei invente des mondes à venir qui, tout en ressemblant étrangement au nôtre, révèlent les poisons qui le rongent et s’efforcent d’en trouver les antidotes. Après Membrane, roman de science-fiction puissant et poétique sur les mutations du corps et de la mémoire, il interroge ici les dérives de nos sociétés techniciennes et la normativité de nos identités.

Chi Ta-wei (né en 1972) est l’une des voix singulières de la littérature mondiale de l’imaginaire. Il est l’auteur de plusieurs romans et nouvelles fantastiques et de science-fiction. C’est une figure importante des mouvements de défense de la cause homosexuelle sur l’île de Taiwan. Membrane (publié en français par L’Asiathèque en 2015 et par Le livre de poche en 2017) est considéré comme le premier roman « SF queer » de langue chinoise.

(traductions d’Olivier Bialais, Coraline Jortay, Pierrick Rivet et Gwennaël Gaffric)

Parution « Taïwan : Taïwan des années 1930 aux années 1950 : La naissance d’une société pluraliste » (Le Monde Chinois n°58)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du nouveau numéro de la revue Le Monde Chinois, qui comprend un dossier sur Taïwan.

Les articles portant sur Taïwan :

Éditorial : Formose entre deux Empires. La Chine au Maghreb et en Méditerranée, Emmanuel Dubois de Prisque et Jean-Yves Heurtebise

Taïwan des années 1930 aux années 1950 : la naissance d’une société pluraliste, Philippe Chevalérias

1945-1949 : une période charnière pour l’économie de Taïwan. Crise économique et nouvelles opportunités, Philippe Chevalérias

The distinctive features of urban primacy in Taiwan from Japanese colonial context till early KMT authority regime, Chun-ya Liu

D’une assimilation à l’autre : la transition des politiques éducatives japonaises à celles de la République de Chine à Taïwan dans l’après-guerre, Vladimir Stolojan-filipesco

Le corps dansant comme territoire politique. La transition par la danse dans la société taïwanaise, Chanyueh Liu

La peinture à Taïwan des années 1930 aux années 1950 : échos artistiques du contexte socio-politique, Marie Laureillard

Miyuan, (re)imaginings of the Japanese legacy, and the making of postcolonial discourse in 1990s Taiwan, Coraline Jortay

Lien vers le sommaire complet : https://www.cairn.info/revue-monde-chinois-2019-2.htm

Parution du numéro 10 de la revue JENTAYU

Parution du numéro 10 de la revue de littérature asiatique en traduction Jentayu

http://editions-jentayu.fr/

Figurent notamment au sommaire des textes d’une autrice et d’un auteur taïwanais :

« La Ville de verre » (Chang Hui-ching) (tr. des étudiants d’un cours du département français de l’Université nationale centrale de Taïwan, sous la dir. de Matthieu Kolatte)

Quatre poèmes de Lo Ch’ing (tr. Marie Laureillard)

Parution du n°57 du Monde Chinois sur le cinéma Sinophone

Parution du numéro 57 de la revue Le Monde Chinois

« Affect et politique dans le cinéma sinophone après 1980 »
coordination : Corrado Neri

Plusieurs articles sur Taïwan figurent au sommaire :


Lin Wenchi, « Country City: The Representation of Taipei in the Urban Comedies by Hou Hsiao-hsien and Chen Kun-how »

Gesse Chih-ching, « La représentation de Taïwan dans les années quatre-vingt : étude de deux adaptations cinématographiques »

Kolatte Matthieu, « Les destinées politiques : individus et histoire dans le cinéma de Wan Jen »

Xie Wendy, « Mother’s Suffering and the Politics of Tears in Mama, Love Me One More Time »

Neri Corrado, « This Moment, Back then: retro imaginary, nostalgia and memories in contemporary Taiwan visual culture »


Lien vers le sommaire complet du numéro

Parution : Chantal Zheng, Taiwan Les enjeux du patrimoine et de la mémoire (PUAM)

Chantal Zheng, Taïwan : les enjeux du patrimoine et de la mémoire, 2019, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 286 pages.

Résumé :

Cet ouvrage a pour ambition de discuter l’articulation de l’histoire, de l’anthropologie des arts, du patrimoine et des mémoires plurielles dans le contexte de la construction nationale de Taiwan à la faveur des grands débats identitaires qui ont agité la société multiculturelle insulaire durant ce dernier quart de siècle. Il tente de brosser les portraits pris sur le vif de différentes communautés locales à un moment précis de la rencontre de leur destin communautaire et de leur destin collectif. La démarche se fixe dans cet état des lieux l’objectif d’explorer les contributions, maladresses, ambiguïtés, contradictions et tribulations identitaires à l’œuvre. La première partie aborde la question des patrimoines militaire, industriel, artistique et archéologique de l’île à travers le prisme du métissage et de la multiculturalité. Une seconde partie développe une réflexion sur les pratiques de revitalisation identitaire au sein des communautés austronésiennes mais aussi chez les Hakkas et dans les communautés waisheng (continentales). Une dernière partie investigue la mise en valeur touristique et les enjeux d’un patrimoine chargé d’histoire qui dévoile le mécanisme souvent ambigu d’une mémoire collective.

Lien vers le site de l’éditeur : ici

pUBLICATION DE « Imaginer l’indigène : La photographie coloniale à Taïwan [1895-1945] » Lee Ju-Ling

Paru en novembre 2018 dans la collection « Asie en perspectives » des éditions Hémisphères :

Imaginer l’indigène La photographie coloniale à Taïwan [1895-1945] de Lee Ju-Ling

LE LIVRE

Qu’est-ce qu’un aborigène taïwanais sous le regard des colons japonais ? En participant à la construction de l’indigène dans une colonie japonaise, comment la photographie a-t-elle permis aux colonisateurs Japonais d’affirmer leur propre identité et de découvrir d’autres formes d’altérité ? En quoi la photographie contribua-t-elle à légitimer l’expansion de l’Empire du Japon ?
La légende de ces peuples autochtones devient un thème populaire de la photographie coloniale après l’annexion de Taïwan par le Japon en 1895. L’image de ces premiers habitants de l’île matérialise la découverte de la sauvagerie par les anthropologues japonais au moment même où nait leur discipline dans l’archipel. On vend ainsi de l’exotisme aux touristes en tissant un fantasme, celui d’un terrain vierge dans les marges de la civilisation de l’empire japonais. On va même jusqu’à dénuder les aborigènes pour insister sur leur barbarie supposée.
Les représentations se diversifient au cours du temps avec l’émergence de nouvelles générations de photographes, du développement des supports médiatiques, de l’industrie du tourisme, mais aussi sous l’influence des politiques coloniales en tant que telles. On commence alors à les rhabiller dans les publications de propagande pour suggérer les progrès
de l’œuvre civilisatrice coloniale, tandis que les cartes postales continuent à représenter leur corps dénudé.

Le colonialisme japonais articule l’ethnie et l’identité à l’aide de la photographie et crée ainsi un imaginaire propre de son empire en expansion.

L’AUTEUR

Ju-Ling Lee, titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université Lyon 2, est actuellement chercheuse à l’Université de Genève. Ses recherches s’intéressent aux politiques coloniales
des corps et à l’usage des médias par l’Empire du Japon.

Lien vers le site de l’éditeur

Parution de l’ouvrage « La Littérature à l’ère de l’Anthropocène », par Gwennaël Gaffric

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du second volume de la collection « Études formosanes », aux éditions L’Asiathèque, le 27 février 2019:

 

La Littérature à l’ère de l’Anthropocène

Une étude écocritique autour des œuvres de l’écrivain taïwanais Wu Ming-yi

par Gwennaël Gaffric

Maître de conférences à l’Université Jean-Moulin Lyon 3

 

Préface de Stéphane Corcuff

Résumé :

Gwennaël Gaffric aborde ici le traitement littéraire des questions écologiques à Taiwan. S’appuyant sur une méthodologie située au croisement des études taïwanaises, de l’écocritique et de la critique postcoloniale. L’auteur explore la manière dont Wu Ming-yi s’empare des questions écologiques pour transcender nos conceptions normatives de l’humain et du non-humain, du local et du global.

Parution de l’ouvrage « Le cinéma taiwanais, Son histoire, ses réalisateurs et leurs films », par Matthieu Kolatte

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de la première synthèse historique en français sur le cinéma taïwanais aux Presses Universitaires du Septentrion (février 2019):

Le cinéma taiwanais

Son histoire, ses réalisateurs et leurs films

par Matthieu Kolatte

Lecteur à l’Université Nationale Centrale de Taïwan

Résumé :

Depuis les années 1980, l’extraordinaire créativité des réalisateurs taiwanais a contribué à faire mieux connaître Formose dans le monde entier. Hou Hsiao-hsien, Edward Yang, Tsai Ming-liang ou Ang Lee, pour ne citer que les plus célèbres d’entre eux, ont créé des œuvres qui comptent parmi les plus importantes du cinéma mondial de ces quarante dernières années. Leurs films ont été projetés sur tous les continents et des études leur ont été consacrées dans de nombreuses langues, dont le français.

L’intérêt du cinéma taiwanais s’étend pourtant bien au-delà de ces quelques grands noms. Offrant une présentation aussi large que possible de l’histoire du cinéma de l’île et des œuvres de ses réalisateurs, le présent ouvrage invite à élargir le regard. Par l’étendue du champ qu’il couvre, il innove. Aucune étude aussi vaste n’a jamais été publiée en français dans ce domaine. Le cinéma taiwanais suggère par ailleurs de nombreuses pistes de réflexion à partir de l’étude des œuvres des grands maîtres ou de leurs collègues moins connus. En réinscrivant le cinéma de l’île dans son contexte social, historique, culturel, économique et politique, il fournit en outre un point de vue original sur le pays qui l’a vu naître et mûrir.

Le livre est divisé en deux parties. La première retrace l’histoire du septième art sur l’île, de la première projection en 1896 aux dernières sorties en salle, en passant par les films de l’époque de la loi martiale (1949-1987) et les deux nouvelles vagues des années 1980 et 1990. Sur la base d’une riche filmographie (environ 200 titres), ces pages mettent en lumière les événements et tendances majeurs ayant marqué l’histoire du cinéma insulaire. La seconde partie du livre est constituée de courts chapitres consacrés chacun à l’un des vingt-cinq réalisateurs principaux de l’île, des années 1960 à aujourd’hui. À travers la présentation de leurs films, ces pages soulignent la spécificité et l’intérêt de leurs contributions respectives au septième art. Trois index permettent en outre au lecteur de retrouver facilement les titres, les thèmes ou les personnes à propos desquels il désirerait s’informer en particulier.

Combinant ainsi le grand récit historique et l’ouvrage de référence, Le cinéma taiwanais apporte au public francophone la somme qui lui manquait encore sur ce sujet. Riche en informations, intellectuellement exigeant, mais écrit dans un style accessible, il est susceptible d’intéresser aussi bien le chercheur (en taiwanologie, en cinéma ou en études asiatiques) désireux de confronter son savoir à un discours synthétique que le cinéphile curieux ou que l’amateur de culture et d’histoire asiatiques.

Matthieu Kolatte, né en 1978 à Genève, vit depuis 2005 à Taiwan. Il enseigne au département de français de l’Université Nationale Centrale de Taiwan. Ses recherches portent essentiellement sur le cinéma taiwanais. Il traduit par ailleurs régulièrement des œuvres littéraires taiwanaises du mandarin vers le français. Il est notamment l’auteur d’une traduction de nouvelles du chef de file de la littérature du terroir Hwang Chun-ming parues en recueil en 2014 aux éditions Gallimard-Bleu de Chine : J’aime Mary.
 

Parution du roman Encore plus loin que Pluton, de Huang Chong-kai (L’Asiathèque)

Encore plus loin que Pluton
Huang Chong-kai
Roman traduit du chinois (Taiwan) par Lucie Modde
Préface de Gwennaël Gaffric
Collection « Taiwan Fiction »

Présentation de l’éditeur :

Un professeur d’histoire et un jeune intellectuel encoquillés dans une existence tranquille et insipide, rongés de solitude, malgré la présence, réelle ou fantasmée, de ceux qui les entourent, tentent de trouver une échappatoire à l’atonie de leur quotidien en pianotant sur leur clavier. Qui est le personnage et qui est l’écrivain ? Ou bien s’agit-il du même être qui s’invente une double vie ? Comme Pluton, expulsée en 2006 de la liste des neuf planètes du système solaire, l’identité, l’histoire, la mémoire sont sans cesse réécrites, écartées ou remises en question. Dans ce premier roman audacieux où souvenirs et épisodes inventés se confondent, Huang Chong-kai fait coexister plusieurs niveaux de réalité. À travers une architecture narrative subtile, faite de détours, de retours en arrière et d’écarts, il nous entraîne dans une promenade poétique où ce qui compte n’est pas tant l’histoire ni le romancier qui la raconte que le chemin qu’il parcourt. Acclamé par la critique à sa sortie à Taïwan en 2012, ce roman a donné lieu à une version en chinois simplifié publiée en Chine en 2013.


Rencontres avec l’écrivain taïwanais Huang Chong-kai

A l’occasion de la parution aux éditions L’Asiathèque de la traduction française de son premier roman, Encore plus loin que Pluton, l’écrivain taiwanais Huang Chong-kai [黃崇凱] effectuera du 16 au 21 novembre une tournée en France et en Belgique, a annoncé la maison d’édition.

Traduit par Lucie Modde, Encore plus loin que Pluton narre l’histoire de deux hommes – un professeur d’histoire et un jeune intellectuel – aux vies incertaines et aux souvenirs entremêlés et des personnages qui gravitent autour d’eux : une mère en phase terminale, des jumeaux imaginaires, une mystérieuse fille de Neruda ou un improbable empereur d’Amérique.Qui est le personnage et qui est l’écrivain ? Ou bien s’agit-il du même être qui s’invente une double vie pour briser l’atonie de son quotidien ?Comme Pluton, expulsée en 2006 de la liste des planètes du système solaire, l’identité, l’histoire et la mémoire sont sans cesse réécrites, repoussées, suspendues à un fil.

Acclamé par la critique à sa sortie à Taiwan en 2012, ce roman a donné lieu version en chinois simplifié en Chine en 2013. La traduction française sort le 14 novembre.

A cette occasion, Huang Chong-kai sera le 16 novembre à la librairie Le Phénix, à Paris, en compagnie de sa traductrice Lucie Modde; et les 17 et 18 novembre au Salon de l’Asie, à Lyon, participant à deux tables rondes portant sur « La culture populaire à Taiwan » et « Les fake news en Asie », aux côtés de Gwennaël Gaffric, directeur de la collection Taiwan Fiction chez L’Asiathèque.

Le 19 novembre, il donnera à l’Université libre de Bruxelles (ULB), en Belgique, une conférence sur le thème « Nouvelles tendances de la littérature taiwanaise », avec Vanessa Frangville, titulaire de la chaire de sinologie à l’ULB, et Gwennaël Gaffric. Le même jour, il assistera à l’ULB à la projection du film The Great Buddha + de Huang Hsin-yao [黃信堯].

Le 20 novembre, l’écrivain sera à l’Université de Gand, en Belgique, pour une conférence sur le thème « The Future of Taiwan Literature and Society », avec Bart Dessein, professeur de langue et culture chinoises à l’Université de Gand, et Gwennaël Gaffric. Le 21 novembre, c’est à la librairie L’Architecte, à Bruxelles, qu’il donnera rendez-vous aux lecteurs, avec Vanessa Frangville, Gwennaël Gaffric et Kevin Henry (Université de Mons).

Cette tournée est organisée en partenariat avec le ministère de la Culture de Taiwan, l’Université libre de Bruxelles, le Bureau de représentation de Taipei en Belgique et auprès de l’Union européenne, et le Centre Culturel de Taiwan à Paris.

Parutions récentes (littérature taïwanaise)

Parution de trois nouveaux recueils de poésie taïwanaise aux éditions Circé en novembre 2018.

Zhou Mengdie (Une Lampe dans la forêt dense, traduit par Alain Leroux)

Chen Yuhong (Je te l’ai déjà dit, traduit par Marie Laureillard)

Hung Hung (Le Passe-muraille, traduit par Camille Loivier)

La présentation de ces nouveaux ouvrages ainsi que des trois recueils précédents parus en 2017 dans la collection de poésie taïwanaise dirigée par Marie Laureillard sont disponibles sur le site des éditions Circé : http://www.editions-circe.fr/collection-Po%C3%A9sie_de_Ta%C3%AFwan-26-1-1-0-1.html

Parution du roman Dernières lettres de Montmartre, roman de Qiu Miaojin (Chiu Miao-chin), traduit par Emmanuelle Péchenart, Les éditions noir sur blanc : http://www.leseditionsnoirsurblanc.fr/dernieres-lettres-de-montmartre-qiu-miaojin-9782882505170