Archives de catégorie : Parutions

Parution du roman taïwanais La Guerre des bulles (Kao Yi-feng)

Nous vous informons de la parution chez Mirobole (coll. “Horizons pourpres”) le 19 octobre 2017 du roman La Guerre des bulles, de l’auteur taïwanais Kao Yi-feng, traduit par Gwennaël Gaffric

Présentation de l’éditeur :

À Taïwan, dans une communauté de montagne coupée du monde, les réserves d’eau se tarissent. Face à des adultes incapables d’affronter ce problème de survie, les enfants comprennent que c’est à eux de le régler. Ils s’emparent d’armes, prennent la maîtrise du territoire et emprisonnent leurs parents. Lorsque ceux-ci protestent, le mouvement de résistance lancé par les enfants franchit un pas supplémentaire. Désormais maîtres du territoire, ils tentent d’établir un nouveau modèle de société, basé sur l’abolition des règles anciennes…
Roman d’initiation collectif, portrait d’enfants bouleversant, interrogation sur les rapports de pouvoir et la volonté de puissance, La Guerre des bulles est aussi une violente satire sociale et une dystopie poétique.

Le dossier de presse en pièce jointe :

Argu_kao_yi_feng (1)

Anthologies de nouvelles taïwanaises

Parution de deux recueils de nouvelles taïwanaises, édités par Angel Pino et Isabelle Rabut, chez You Feng.

Les deux volumes, Le petit bourg aux papayers et Le cheval à trois jambes – titres respectifs de nouvelles de Long Yingzong [龍瑛宗] et Zheng Qingwen [ou Cheng Ching-wen, 鄭清文] –, présentent un panorama de la littérature taiwanaise moderne depuis la colonisation japonaise jusqu’à l’après-guerre, notamment les années 1950 et 1960 où cette littérature connut un essor effréné marqué par l’avènement du courant moderniste.

http://you-feng.com/lechevalatroisjambes.php

 

Nouvelle collection de poésie taïwanaise (éditions Circé)

 

Chen Li, Cartes postales pour Messiaen (“Coll. Poésie taïwanaise”, Circé, trad. Marie Laureillard)

Hsia Yu, Salsa (“Coll. Poésie taïwanaise”, Circé, trad. Gwennaël Gaffric)

Luo Fu, À cause du vent (“Coll. Poésie taïwanaise”, Circé, trad. Alain Leroux)

Cette collection est dirigée par Marie Laureillard

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : http://editions-circe.eu/index.php/2016/07/12/2017-poesie-taiwanaise/

Le Magicien sur la passerelle (Wu Ming-yi)

Wu Ming-yi, Le Magicien sur la passerelle (Asiathèque, « Taiwan Fiction », trad. G.Gaffric)

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.asiatheque.com/fr/book/le-magicien-sur-la-passerelle

Présentation de l’éditeur : Sur la passerelle reliant le bâtiment « Ai » (Amour) et le bâtiment « Hsin » (Confiance) du grand marché de Chunghua, à Taipei, un magicien exerce son art. Autour de lui, tout un monde s’active dans de petits métiers. Le narrateur, qui a une dizaine d’années à cette époque-là, tient un stand de semelles en face de l’illusionniste. Comme ses camarades, il est fasciné par ses tours, dont certains dépassent la mystification habile du prestidigitateur et semblent mener à de mystérieux mondes parallèles. Devenu adulte et toujours hanté par ce troublant personnage, il interroge ceux de sa génération qui ont pu avoir naguère des contacts avec lui. L’évocation du souvenir du magicien donne lieu à une mosaïque de récits, tantôt drôles, tantôt poignants, où le marché devient le royaume de l’aventure et du fantastique et où se révèlent les rêves et les angoisses existentielles des jeunes Taïwanais de la capitale.

Taipei : histoires au coin de la rue (dir G.Gaffric)

Taipei : histoires au coin de la rue (Asiathèque, “Taiwan Fiction”, dir G.Gaffric)

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.asiatheque.com/fr/book/taipei-histoires-au-coin-de-la-rue

Présentation de l’éditeur :

Ce recueil qui réunit des nouvelles d’auteurs taïwanais contemporains, propose une plongée dans l’atmostphère de la ville de Taipei, telle qu’elle est ressentie par une série de personnages souvent transplantés dans la métropole à la suite d’événements politiques, de drames familiaux ou pour des raisons économiques. Parmi eux, des jeunes gens de diverses origines, confrontés à des moments douloureux de leur existence, qui s’interrogent sur leur identité et leur avenir. En intermèdes à ces récits au climat parfois âpre, sombre et violent, des échappées dans de petits restaurants de rues de la capitale ménagent au lecteur des haltes savoureuses. Elles sont l’œuvre de Shu Kuo-chih, bien connu à Taiwan pour ses chroniques gastronomiques.

L’Asiathèque a publié Membrane, de Chi Ta-wei, en 2015 et le Magicien sur la passerelle, de Wu Ming-yi, en 2017 dans la collection “Taiwan Fiction”.

Traduit du chinois (Taiwan) sous la direction de Gwennaël Gaffric, auteur de la préface : “Taipei, histoire et histoires”.

Jane Jian – Lin Yao-teh – Walis Nokan – Lo Yi-chin – Wu Ming-yi – Chi Ta-wei – Chang Wan-k’ang – Chou Tan-ying – Shu Kuo-chih

Nouvelles et chroniques traduites par Olivier Bialais, Marie-Paule Chamayou, Mélie Chen, Gwennaël Gaffric, Coraline Jortay, Marie Laureillard, Damien Ligot, Lise Pouchelon et Chingjin Wu-Soldani

Changement processuel à Taiwan : Acteurs, valeurs et changement (Perspectives Chinoises)

Changement processuel à Taiwan : Acteurs, valeurs et changement (Perspectives Chinoises, 2017/2)

Lien vers le site de la revue : http://perspectiveschinoises.revues.org/7703