Archives de catégorie : Parutions

Parutions récentes (littérature taïwanaise)

Parution de trois nouveaux recueils de poésie taïwanaise aux éditions Circé en novembre 2018.

Zhou Mengdie (Une Lampe dans la forêt dense, traduit par Alain Leroux)

Chen Yuhong (Je te l’ai déjà dit, traduit par Marie Laureillard)

Hung Hung (Le Passe-muraille, traduit par Camille Loivier)

La présentation de ces nouveaux ouvrages ainsi que des trois recueils précédents parus en 2017 dans la collection de poésie taïwanaise dirigée par Marie Laureillard sont disponibles sur le site des éditions Circé : http://www.editions-circe.fr/collection-Po%C3%A9sie_de_Ta%C3%AFwan-26-1-1-0-1.html

Parution du roman Dernières lettres de Montmartre, roman de Qiu Miaojin (Chiu Miao-chin), traduit par Emmanuelle Péchenart, Les éditions noir sur blanc : http://www.leseditionsnoirsurblanc.fr/dernieres-lettres-de-montmartre-qiu-miaojin-9782882505170

Publication de la traduction en français des Sentiers des rêves (Walis Nokan)

Parution en français de la traduction Les Sentiers des rêves, de Walis Nokan, dans la collection « Taiwan Fiction » de l’Asiathèque.

Traduction de Coraline Jortay

Préface de Gwennaël Gaffric

Présentation de l’éditeur :

Près de deux cent micronouvelles dans lesquelles humour et poésie, réel et imaginaire s’entremêlent. L’écrivain taïwanais, du groupe austronésien des Atayal, offre une succession de récits et de drames du monde contemporain tirés de ses lectures, de ses expériences intimes, de son observation des choses et des gens mais aussi de la culture chinoise (notamment les arts martiaux) et de la culture de ses ancêtres aborigènes.

https://www.asiatheque.com/fr/book/les-sentiers-des-reves

La littérature taïwanaise de science-fiction examinée dans la revue Monde chinois 2017/51-52

Nous avons le plaisir d’attirer votre attention sur les aspects de la littérature de science-fiction taïwanaise qui sont étudiés dans le dernier double numéro du Monde Chinois (N° 51-52, 2017/3-4), intitulé Le « rêve chinois » et ses doubles.

Un article de Gwennaël Gaffric interroge la société taïwanaise à travers l’histoire de sa littérature, en contraste avec les sociétés chinoise et hongkongaise :

Histoire et les enjeux de la littérature de science-fiction sinophone

Les contextes socio-historiques sont encore étudiés sous l’angle des traductions et d’une plongée dans leurs paratextes :

Histoire de la traduction de 1984 de George Orwell dans le monde sinophone

Dans un troisième article relatif à Taïwan, Coraline Jortay explore les apports narratifs du chinois au genre de la science-fiction, à partir de l’analyse d’un roman :

Aux frontières de l’identité : pronoms, classificateurs et focalisation narrative
dans Membrane de Chi Ta-wei

Vous trouverez le sommaire du numéro et les résumés des articles sur le site de cairn.info.

Si votre intérêt pour la science-fiction est double, notez aussi que l’antenne de Taipei du CEFC organise le 11 mai 2018, avec Jean-Yves Heurtebise un séminaire autour de son article centré sur la Chine, auquel participera aussi le professeur Xiaobin Yang intitulé :

Analyzing Science-Fiction literature in China as a cognitive category, a literary genre and a political evidence.

L’évènement aura lieu en anglais de 15:00 à 16:30 au Center for Humanities and Social sciences de l’Academia Sinica, salle B202.

Parution du recueil « Nouvelles de Taïwan » (ed. Magellan)

Auteurs

Traducteurs

Coraline Jortay, Matthieu Kolatte, Lucie Modde, Gwennaël Gaffric

Résumé de l’éditeur

Île austronésienne depuis des millénaires, refuge pour pirates, terre d’exil pour paysans chinois, l’île de Taïwan n’a pendant longtemps guère éveillé l’intérêt de ses voisins. Colonie japonaise jusqu’en 1945, Taïwan passa sous le contrôle de la Chine nationaliste à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Vaincus en Chine par les communistes, le gouvernement et l’armée nationalistes se replièrent en 1949 à Taïwan, où ils maintinrent jusqu’au milieu des années 1980 un régime autoritaire qui puisait une partie de sa légitimité dans la mise à l’honneur de l’héritage chinois.

Aujourd’hui, Taïwan est l’un des pays d’Asie les plus démocratiques, et sans conteste celui où les libertés publiques et individuelles sont les mieux respectées. Toutes écrites après l’an 2000, les nouvelles de ce recueil expriment les incertitudes politiques liées à la géographie, mais aussi cette profonde liberté vécue au quotidien, avec une grande sérénité.

C’est d’abord de l’île dont parlent ces textes. La mer n’est jamais loin, que l’on s’y perde ou que l’on s’y raccroche, qu’on en tire sa subsistance ou qu’on y éprouve sa valeur personnelle. Par-delà des traditions différentes qui, mêlées, ont forgé l’identité des Taïwanais, ceux-ci ont des histoires à partager.

Parution du roman taïwanais La Guerre des bulles (Kao Yi-feng)

Nous vous informons de la parution chez Mirobole (coll. « Horizons pourpres ») le 19 octobre 2017 du roman La Guerre des bulles, de l’auteur taïwanais Kao Yi-feng, traduit par Gwennaël Gaffric

Présentation de l’éditeur :

À Taïwan, dans une communauté de montagne coupée du monde, les réserves d’eau se tarissent. Face à des adultes incapables d’affronter ce problème de survie, les enfants comprennent que c’est à eux de le régler. Ils s’emparent d’armes, prennent la maîtrise du territoire et emprisonnent leurs parents. Lorsque ceux-ci protestent, le mouvement de résistance lancé par les enfants franchit un pas supplémentaire. Désormais maîtres du territoire, ils tentent d’établir un nouveau modèle de société, basé sur l’abolition des règles anciennes…
Roman d’initiation collectif, portrait d’enfants bouleversant, interrogation sur les rapports de pouvoir et la volonté de puissance, La Guerre des bulles est aussi une violente satire sociale et une dystopie poétique.

Le dossier de presse en pièce jointe :

Argu_kao_yi_feng (1)

Anthologies de nouvelles taïwanaises

Parution de deux recueils de nouvelles taïwanaises, édités par Angel Pino et Isabelle Rabut, chez You Feng.

Les deux volumes, Le petit bourg aux papayers et Le cheval à trois jambes – titres respectifs de nouvelles de Long Yingzong [龍瑛宗] et Zheng Qingwen [ou Cheng Ching-wen, 鄭清文] –, présentent un panorama de la littérature taiwanaise moderne depuis la colonisation japonaise jusqu’à l’après-guerre, notamment les années 1950 et 1960 où cette littérature connut un essor effréné marqué par l’avènement du courant moderniste.

http://you-feng.com/lechevalatroisjambes.php

 

Nouvelle collection de poésie taïwanaise (éditions Circé)

 

Chen Li, Cartes postales pour Messiaen (« Coll. Poésie taïwanaise », Circé, trad. Marie Laureillard)

Hsia Yu, Salsa (« Coll. Poésie taïwanaise », Circé, trad. Gwennaël Gaffric)

Luo Fu, À cause du vent (« Coll. Poésie taïwanaise », Circé, trad. Alain Leroux)

Cette collection est dirigée par Marie Laureillard

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : http://editions-circe.eu/index.php/2016/07/12/2017-poesie-taiwanaise/

Le Magicien sur la passerelle (Wu Ming-yi)

Wu Ming-yi, Le Magicien sur la passerelle (Asiathèque, « Taiwan Fiction », trad. G.Gaffric)

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.asiatheque.com/fr/book/le-magicien-sur-la-passerelle

Présentation de l’éditeur : Sur la passerelle reliant le bâtiment « Ai » (Amour) et le bâtiment « Hsin » (Confiance) du grand marché de Chunghua, à Taipei, un magicien exerce son art. Autour de lui, tout un monde s’active dans de petits métiers. Le narrateur, qui a une dizaine d’années à cette époque-là, tient un stand de semelles en face de l’illusionniste. Comme ses camarades, il est fasciné par ses tours, dont certains dépassent la mystification habile du prestidigitateur et semblent mener à de mystérieux mondes parallèles. Devenu adulte et toujours hanté par ce troublant personnage, il interroge ceux de sa génération qui ont pu avoir naguère des contacts avec lui. L’évocation du souvenir du magicien donne lieu à une mosaïque de récits, tantôt drôles, tantôt poignants, où le marché devient le royaume de l’aventure et du fantastique et où se révèlent les rêves et les angoisses existentielles des jeunes Taïwanais de la capitale.

Taipei : histoires au coin de la rue (dir G.Gaffric)

Taipei : histoires au coin de la rue (Asiathèque, « Taiwan Fiction », dir G.Gaffric)

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.asiatheque.com/fr/book/taipei-histoires-au-coin-de-la-rue

Présentation de l’éditeur :

Ce recueil qui réunit des nouvelles d’auteurs taïwanais contemporains, propose une plongée dans l’atmostphère de la ville de Taipei, telle qu’elle est ressentie par une série de personnages souvent transplantés dans la métropole à la suite d’événements politiques, de drames familiaux ou pour des raisons économiques. Parmi eux, des jeunes gens de diverses origines, confrontés à des moments douloureux de leur existence, qui s’interrogent sur leur identité et leur avenir. En intermèdes à ces récits au climat parfois âpre, sombre et violent, des échappées dans de petits restaurants de rues de la capitale ménagent au lecteur des haltes savoureuses. Elles sont l’œuvre de Shu Kuo-chih, bien connu à Taiwan pour ses chroniques gastronomiques.

L’Asiathèque a publié Membrane, de Chi Ta-wei, en 2015 et le Magicien sur la passerelle, de Wu Ming-yi, en 2017 dans la collection « Taiwan Fiction ».

Traduit du chinois (Taiwan) sous la direction de Gwennaël Gaffric, auteur de la préface : « Taipei, histoire et histoires ».

Jane Jian – Lin Yao-teh – Walis Nokan – Lo Yi-chin – Wu Ming-yi – Chi Ta-wei – Chang Wan-k’ang – Chou Tan-ying – Shu Kuo-chih

Nouvelles et chroniques traduites par Olivier Bialais, Marie-Paule Chamayou, Mélie Chen, Gwennaël Gaffric, Coraline Jortay, Marie Laureillard, Damien Ligot, Lise Pouchelon et Chingjin Wu-Soldani

Changement processuel à Taiwan : Acteurs, valeurs et changement (Perspectives Chinoises)

Changement processuel à Taiwan : Acteurs, valeurs et changement (Perspectives Chinoises, 2017/2)

Lien vers le site de la revue : http://perspectiveschinoises.revues.org/7703