pUBLICATION DE “Imaginer l’indigène : La photographie coloniale à Taïwan [1895-1945]” Lee Ju-Ling

Paru en novembre 2018 dans la collection “Asie en perspectives” des éditions Hémisphères :

Imaginer l’indigène La photographie coloniale à Taïwan [1895-1945] de Lee Ju-Ling

LE LIVRE

Qu’est-ce qu’un aborigène taïwanais sous le regard des colons japonais ? En participant à la construction de l’indigène dans une colonie japonaise, comment la photographie a-t-elle permis aux colonisateurs Japonais d’affirmer leur propre identité et de découvrir d’autres formes d’altérité ? En quoi la photographie contribua-t-elle à légitimer l’expansion de l’Empire du Japon ?
La légende de ces peuples autochtones devient un thème populaire de la photographie coloniale après l’annexion de Taïwan par le Japon en 1895. L’image de ces premiers habitants de l’île matérialise la découverte de la sauvagerie par les anthropologues japonais au moment même où nait leur discipline dans l’archipel. On vend ainsi de l’exotisme aux touristes en tissant un fantasme, celui d’un terrain vierge dans les marges de la civilisation de l’empire japonais. On va même jusqu’à dénuder les aborigènes pour insister sur leur barbarie supposée.
Les représentations se diversifient au cours du temps avec l’émergence de nouvelles générations de photographes, du développement des supports médiatiques, de l’industrie du tourisme, mais aussi sous l’influence des politiques coloniales en tant que telles. On commence alors à les rhabiller dans les publications de propagande pour suggérer les progrès
de l’œuvre civilisatrice coloniale, tandis que les cartes postales continuent à représenter leur corps dénudé.

Le colonialisme japonais articule l’ethnie et l’identité à l’aide de la photographie et crée ainsi un imaginaire propre de son empire en expansion.

L’AUTEUR

Ju-Ling Lee, titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université Lyon 2, est actuellement chercheuse à l’Université de Genève. Ses recherches s’intéressent aux politiques coloniales
des corps et à l’usage des médias par l’Empire du Japon.

Lien vers le site de l’éditeur

Parution de l’ouvrage “La Littérature à l’ère de l’Anthropocène”, par Gwennaël Gaffric

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du second volume de la collection « Études formosanes », aux éditions L’Asiathèque, le 27 février 2019:

 

La Littérature à l’ère de l’Anthropocène

Une étude écocritique autour des œuvres de l’écrivain taïwanais Wu Ming-yi

par Gwennaël Gaffric

Maître de conférences à l’Université Jean-Moulin Lyon 3

 

Préface de Stéphane Corcuff

Résumé :

Gwennaël Gaffric aborde ici le traitement littéraire des questions écologiques à Taiwan. S’appuyant sur une méthodologie située au croisement des études taïwanaises, de l’écocritique et de la critique postcoloniale. L’auteur explore la manière dont Wu Ming-yi s’empare des questions écologiques pour transcender nos conceptions normatives de l’humain et du non-humain, du local et du global.

Parution de l’ouvrage “Le cinéma taiwanais, Son histoire, ses réalisateurs et leurs films”, par Matthieu Kolatte

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de la première synthèse historique en français sur le cinéma taïwanais aux Presses Universitaires du Septentrion (février 2019):

Le cinéma taiwanais

Son histoire, ses réalisateurs et leurs films

par Matthieu Kolatte

Lecteur à l’Université Nationale Centrale de Taïwan

Résumé :

Depuis les années 1980, l’extraordinaire créativité des réalisateurs taiwanais a contribué à faire mieux connaître Formose dans le monde entier. Hou Hsiao-hsien, Edward Yang, Tsai Ming-liang ou Ang Lee, pour ne citer que les plus célèbres d’entre eux, ont créé des œuvres qui comptent parmi les plus importantes du cinéma mondial de ces quarante dernières années. Leurs films ont été projetés sur tous les continents et des études leur ont été consacrées dans de nombreuses langues, dont le français.

L’intérêt du cinéma taiwanais s’étend pourtant bien au-delà de ces quelques grands noms. Offrant une présentation aussi large que possible de l’histoire du cinéma de l’île et des œuvres de ses réalisateurs, le présent ouvrage invite à élargir le regard. Par l’étendue du champ qu’il couvre, il innove. Aucune étude aussi vaste n’a jamais été publiée en français dans ce domaine. Le cinéma taiwanais suggère par ailleurs de nombreuses pistes de réflexion à partir de l’étude des œuvres des grands maîtres ou de leurs collègues moins connus. En réinscrivant le cinéma de l’île dans son contexte social, historique, culturel, économique et politique, il fournit en outre un point de vue original sur le pays qui l’a vu naître et mûrir.

Le livre est divisé en deux parties. La première retrace l’histoire du septième art sur l’île, de la première projection en 1896 aux dernières sorties en salle, en passant par les films de l’époque de la loi martiale (1949-1987) et les deux nouvelles vagues des années 1980 et 1990. Sur la base d’une riche filmographie (environ 200 titres), ces pages mettent en lumière les événements et tendances majeurs ayant marqué l’histoire du cinéma insulaire. La seconde partie du livre est constituée de courts chapitres consacrés chacun à l’un des vingt-cinq réalisateurs principaux de l’île, des années 1960 à aujourd’hui. À travers la présentation de leurs films, ces pages soulignent la spécificité et l’intérêt de leurs contributions respectives au septième art. Trois index permettent en outre au lecteur de retrouver facilement les titres, les thèmes ou les personnes à propos desquels il désirerait s’informer en particulier.

Combinant ainsi le grand récit historique et l’ouvrage de référence, Le cinéma taiwanais apporte au public francophone la somme qui lui manquait encore sur ce sujet. Riche en informations, intellectuellement exigeant, mais écrit dans un style accessible, il est susceptible d’intéresser aussi bien le chercheur (en taiwanologie, en cinéma ou en études asiatiques) désireux de confronter son savoir à un discours synthétique que le cinéphile curieux ou que l’amateur de culture et d’histoire asiatiques.

Matthieu Kolatte, né en 1978 à Genève, vit depuis 2005 à Taiwan. Il enseigne au département de français de l’Université Nationale Centrale de Taiwan. Ses recherches portent essentiellement sur le cinéma taiwanais. Il traduit par ailleurs régulièrement des œuvres littéraires taiwanaises du mandarin vers le français. Il est notamment l’auteur d’une traduction de nouvelles du chef de file de la littérature du terroir Hwang Chun-ming parues en recueil en 2014 aux éditions Gallimard-Bleu de Chine : J’aime Mary.