Archives mensuelles : septembre 2020

Le Goût de la liberté, (Peng Ming-Min, éd. René Viénet) librement accessible en ligne sur Internet Archive

Nous avons le plaisir de vous informer que l’ouvrage de Peng Ming-Min, Le Goût de la liberté, traduit de l’anglais par Pierre Mallet et paru aux Éditions René Viénet en 2011,est maintenant  librement accessible en ligne sur Internet Archive

D’autres livres des Éditions Viénet tels que Formose trahie de George Kerr le Fils du Generalissimo de Jay Taylor seront mis en accès libre dans les mois qui viennent pour les préserver et en faciliter une seconde diffusion.

L’AFET a par ailleurs des exemplaires de ces ouvrages à disposition de ses membres, proposés lors de chacun de nos événements. 

Parutions de deux recueils de poésie taïwanaise (Circé)

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution chez Circé de deux recueils de poèmes taïwanais.

Yang Ze, N’aie pas de doute, trad. par Tan-Ying Chou et Mélie Chen

Présentation de l’éditeur :
Ce recueil rassemble des poèmes de Yang Ze des années 1970 à nos jours. Comme un vinyle sous l’aiguille du gramophone, une vie se déroule au fil des pages. Dans ses mélodies de jeunesse, le poète fredonne des confidences à Marianne («Je ne veux plus me tenir dans le bon camp, je ne veux plus qu’être dans le camp de l’amour… ») Puis, en exil, il congédie ses années romantiques ; un rock fiévreux crie la fin des illusions du xxe siècle, avant de conclure : La vie ne vaut pas d’être vécue. Avant, peut-être, j’en ai eu le funeste pressentiment. Ayant atteint l’âge mûr, de retour à Taipei devenue métropole, le poète entame la deuxième mi-temps de son parcours. Se tournant tardivement vers ce qui a disparu avec l’arrivée de la modernité, il choisit le monde des ruelles et de la nature. Un air s’élève, simple et populaire, qui chante le souvenir, le regret du temps qui passe, ainsi que les grands thèmes de la séparation et de la mort – faisant écho à la poésie classique. À l’entrée du tunnel du temps, il se tourne et lance : « N’aie pas de doute / Le vent froid se lève / Les ombres sur l’herbe / Raccourcissent de jour en jour… »
Yang Ze est né en 1954 dans la ville de Chiayi. Il publie ses premiers poèmes dans les années 1970, alors qu’il est étudiant en littérature étrangère à Taipei. Après avoir vécu dix ans à New York, Yang Ze retourne s’installer à Taipei en 1990, où il s’applique désormais à gribouiller sur ses carnets, bavarder autour d’une tasse de thé et somnoler sur ses piles de livres.

Wu Sheng, Grand-mère n’est pas poète, trad. par Chia-Ying Kate Lin Suarez et Isabelle Rabut

Présentation de l’éditeur :

Depuis la publication de ses premiers poèmes en 1959, Wu Sheng a publié cinq recueils de poésie et sept recueils d’essais. Le présent choix, qui rassemble des poèmes composés entre 1963 et 2018, récapitule les différentes étapes de sa carrière. 
Wu Sheng s’est passionné pour la poésie dès l’école secondaire, et ses premiers poèmes sont très influencés par le modernisme. À partir des années 70 se constitue son style propre : une poésie simple, enracinée dans le terroir taïwanais et profondément humaniste, qui décrit le monde rural avec un mélange de tendresse et de mélancolie, sans ignorer la réalité qui l’entoure et le menace.
Wu Sheng, de son vrai nom Wu Shengxiong, est né en 1944 à Xizhou, dans le comté de Zhanghua (Taiwan), au sein d’une famille paysanne de sept enfants. Diplômé de l’école d’agronomie de Pingdong, il retourne à Xizhou pour y enseigner, tout en aidant sa mère aux travaux des champs et en s’adonnant à la création poétique. En 1980, il est invité pour quatre mois à l’Iowa Writers’ Workshop. Ayant pris sa retraite en 2000, il poursuit son combat engagé de longue date pour la protection de l’environnement en plantant sur deux hectares des arbres appartenant aux espèces endémiques de Taiwan.  

Report des Assises des Études Taïwanaises Francophones 2020

Au vu des difficultés d’organisation découlant de la situation sanitaire toujours incertaine, les Assises des Études Taïwanaises Francophones ne seront finalement pas maintenues en 2020.  Un report d’un an a été voté par le Bureau de l’AFET; initialement prévues du 9 au 11 décembre 2020, les Assises auront lieu à la mi-décembre 2021.

Lee Ju-ling, Imaginer l’indigène. La photographie coloniale à Taïwan [1895-1945]

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Lee Ju-ling : Imaginer l’indigène : la photographie coloniale à Taïwan [1895-1945]. Paris : Hémisphères éditions, 2020, 252 p. (Coll. « Asie en perspective »). ISBN 978-2-37701-031-8

Présentation de l’éditeur :

Qu’est-ce qu’un aborigène taiwanais sous le regard d’un colon japonais ? En participant à la représentation de l’indigène dans une colonie japonaise, comment la photographie a-t-elle permis aux colonisateurs Japonais d’affirmer leur propre identité et de découvrir d’autres formes d’altérité ? En quoi la photographie a-t-elle contribué à légitimer l’expansion de l’empire du Japon ?
Après l’annexion de Taiwan par le Japon en 1895, la vie, les mœurs et les coutumes des premiers habitants de l’île deviennent autant de thèmes populaires de la photographie coloniale. Leur image matérialise la découverte de la sauvagerie par les anthropologues japonais, au moment même où naît leur discipline dans l’archipel. On vend ainsi de l’exotisme aux touristes en tissant un fantasme : celui d’un terrain vierge dans les marges de la civilisation de l’empire japonais.
On va même jusqu’à dénuder les aborigènes pour insister sur leur supposée barbarie… avant de commencer à les rhabiller dans des publications de propagande, pour suggérer les progrès de l’œuvre civilisatrice coloniale, tandis que les cartes postales continuent à représenter leur corps dénudé.
C’est ainsi que le colonialisme japonais articule l’ethnie et l’identité à l’aide de la photographie, créant un imaginaire propre à son empire en expansion.

« Survivance des images, transdisciplinarité et transculturalité » (Université Nationale Centrale, Taïwan)

Nous avons le plaisir de vous transmettre l’appel à contribution pour le colloque international, qui aura lieu du 22 au 23 octobre 2021 à l’Université Nationale Centrale (Taoyuan, Taïwan). Le thème du colloque est « Survivance des images, transdisciplinarité et transculturalité ». Les propositions d’une page accompagnées d’un bref CV sont à envoyer avant le 31 décembre 2020 à ncu3300@ncu.edu.tw.

Plus d’informations sur le document joint ci-dessous :